Les insecticides tueurs d'abeilles interdits par l'Assemblée… en 2018

Les députés se sont prononcés jeudi soir pour l'interdiction, sans dérogation, des insecticides néonicotinoïdes, jugés nocifs notamment pour les abeilles. Mais cette interdiction ne sera pas opérationnelle avant le 1er septembre 2018.

(Des nombreuses études montrent les dangers de ces insecticides notamment pour les abeilles © maxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Avec l'interdiction de ces insecticides tueurs d'abeilles, le président de la commission du Développement durable, Jean-Paul Chanteguet, veut "adresser un signal fort aux groupes chimiques, aux agriculteurs, et à l'exécutif". Mais le débat a été rude entre les défenseurs de la biodiversité et les avocats d'agriculteurs français déjà en crise et l'amendement décisif n'a été adopté que par 30 voix contre 28.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, avait ainsi envoyé une lettre aux parlementaires pour plaider contre "l'interdiction brutale" des insecticides néonicotinoïdes dans le projet de loi sur la biodiversité.

L'interdiction n'entrera donc en vigueur que le 1er septembre 2018, le temps pour les cultivateurs de s'adapter, et pour les experts de trouver "des réponses concrètes aux exploitants agricoles, confrontés à la brusque apparition d'un ravageur, qui pourrait compromettre leurs récoltes". Une liste des alternatives aux néonicotinoïdes sera déterminée sur la base d'un avis de l'Agence française de sécurité alimentaire et sanitaire. "Le législateur doit prendre ses responsabilités en interdisant l'utilisation de ces molécules, tout en permettant à la profession agricole de s'adapter" a encore expliqué le président de la commission du Développement durable.

A LIRE AUSSI ►►► Des apiculteurs offrent des ruches aux parlementaires qui ont défendu l'interdiction des néonicotinoïdes