La Calypso du commandant Cousteau en route pour sa restauration

Depuis sept ans, la Calypso dépérissait dans un hangar à Concarneau. Le mythique bateau du commandant Cousteau a fait ce matin ses premier pas sur roulettes vers sa restauration.

(La Calypso sera chargée mi-mars sur un cargo pour la transporter sur un chantier de la méditerranée © MaxPPP)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

C'est sous les yeux émus des amoureux du bateau que la Calypso a quitté son hangar à Concarneau, où il résidait depuis sept longues années, ce matin. Il sera chargé mi-mars sur un cargo pour le transporter sur un chantier de la méditerranée, dont la localisation n'a pas été précisée. 

A LIRE AUSSI ►►► La Calypso du commandant Cousteau bientôt exposée à Monaco ?

La veuve du commandant - Francine Cousteau - a fait le déplacement à Concarneau pour assister à cette nouvelle opération. Elle aimerait maintenant que le chantier s'accélère pour retaper ce bateau mythique. "J'espère qu'il se passera moins de temps pour la remettre à flots qu'il s'en est passé depuis qu'elle a coulé" s'est-elle exclamé. "Même si en vingt ans, on a beaucoup appris, ce n'est pas du temps perdu. Aujourd'hui, des gens viennent de partout en France, même d'Europe. La sortie du bateau et la possibilité de le réparer est peut-être la seule vraie bonne nouvelle que l'on ait de par le monde. On est accablés de mauvaises nouvelles, et là, c'est quelque chose qui redonne de l'espoir aux gens", a-t-elle ajouté.

 

"C'est quelque chose qui redonne de l'espoir aux gens" Francine Cousteau
--'--
--'--

L'émotion à la sortie du bateau

Le spectacle était presque surréaliste, la Calypso a dévoilé petit à petit son squelette. "C'est un petit pincement au coeur de le voir partir, on pensait qu'il serait réparé ici" lâche Claudine. Comme d'autres habitants de Concarneau, elle était émue à l'apparition du navire océanographique. Seulement, après toute une série de rebondissements judiciaires, la fondation Cousteau a choisi un port de méditerranée pour poursuivre le chantier. Même si le chantier reste titanesque, la veuve du Commandant Cousteau garde espoir : "C'est un devoir de mener à bout le travail commencé par le Commandant. Quoi qu'il arrive, le bateau naviguera à nouveau".