L'Europe interdit la pêche au thon rouge

L'interdiction sera valable en Méditerranée et dans l'Atlantique Est dès ce soir minuit. Soit six jours avant la date initialement prévue. Décision de la commissaire européenne à la Pêche, au regard des stocks, en chute libre...

(Radio France © France Info)
Radio France

Mis à jour le
publié le

La campagne de pêche au thon rouge, qui avait débuté le 16 mai, devait s'arrêter au plus tard le 15 juin ; elle cessera dès ce soir minuit. Les quotas sont atteints, selon la Commission européenne.

La pêche est donc terminée en Méditerranée et dans l'est de l'Atlantique.

"L'interdiction de la pêche est nécessaire pour protéger les stocks fragiles de thon rouge" , a déclaré un porte-parole de la commissaire européenne à la Pêche. Qui ajoute :* "La France, la Grèce et l'Espagne ont été informées de cette décision, qui entrera en vigueur ce soir à minuit".

*

  • "Compte tenu du mauvais temps qu'ils ont essuyé les deux premières semaines
    et qui les a empêchés de travailler, la décision de la Commission signifie que
    les bateaux battant pavillon de l'UE ont atteint leurs quotas en dix jours"* , analyse François Chartier, responsable de campagnes pour le thon rouge de
    Greenpeace.

    Cette décision ne concerne que la pêche industrielle des thoniers senneurs
    européens, essentiellement la France et l'Espagne, ainsi que la Grèce et Malte
    dans une moindre mesure. L'Italie a décrété et observé un moratoire pour ses
    senneurs.

Dans l'immédiat, la décision européenne a du mal à passer. Paris demande très formellement des explications à l'Europe. Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, s'en est étonné publiquement, à l'Assemblée nationale : "soit la Commission nous apporte la preuve formelle que les bateaux français ont réalisé l'intégralité de leurs quotas et dans ce cas nous respecterons naturellement la décision. Soit les navires français n'ont pas pu réaliser leurs quotas et nous demandons à la Commission européenne de laisser les pêcheurs français réaliser les quotas légalement autorisés."