Grenoble bannit la publicité de ses rues

La ville va démonter plus de 300 panneaux publicitaires, libérant ainsi de l'espace pour des arbres et des affichages culturels. 

Vue du tramway à Grenoble, en 2009. La ville a décidé de démonter ses panneaux publicitaires, comme elle l'indique le 23 novembre 2014.
Vue du tramway à Grenoble, en 2009. La ville a décidé de démonter ses panneaux publicitaires, comme elle l'indique le 23 novembre 2014. (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est une première en Europe. Grenoble a décidé de ne pas renouveler son contrat avec le groupe d'affichage et de mobilier urbain JCDecaux, annonce la mairie écologiste, dimanche 23 novembre, confirmant une information du Journal du dimanche. Dès janvier, la ville procédera donc au démontage de 326 panneaux publicitaires soit 2 051 m² d'espace publicitaire. L'opération durera quatre mois, mais ne concerne pas les espaces sur les abribus.

"La municipalité fait le choix de libérer l'espace public grenoblois de la publicité en développant les espaces d'expression publique et ne lance pas de nouvel appel d'offre pour de l'affichage publicitaire", indique la mairie dans un dossier de presse.

Des arbres à la place des panneaux

A la place des panneaux démontés, la ville promet de planter "une cinquantaine de jeunes arbres avant le printemps". Et à partir de janvier, la municipalité devrait également recevoir les acteurs locaux (associations, acteurs culturels) pour "convenir avec eux des meilleurs lieux d'implantation du futur dispositif" laissant plus d'espace pour l'affichage libre, culturel et municipal.

Cette annonce était une promesse de campagne de l'élu EELV Eric Piolle aux dernières municipales. Le manque à gagner pour les caisses municipales sera lui "très largement compensé par les économies déjà réalisées sur le budget protocole", promet la mairie.