VIDEO. Gaz de schiste : les Etats-Unis ne doutent pas

Alors qu'une telle perspective s'éloigne en France, les Etats-Unis ont décidé de miser sur l'exploitation des gaz de schiste par intérêt économique.

Voir la vidéo
A. HENRY / M. BOUDET / S. TRENTESAUX - FRANCE 3 RHÔNE-ALPES
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Aux Etats-Unis, le principe de précaution sur le gaz de schiste n'existe pas comme en France. A Portage (Pennsylvanie), Randy Moyer, 50 ans, estime en avoir fait les frais. En août 2011, il a commencé à travailler pour des exploitants, chargé de transporter les eaux sales issues de la plateforme hydraulique. Une mission rémunérée 2 000 dollars par semaine. Rapidement, des symptômes sont apparus. Il a alors souffert, pendant plus d'un an, d'urticaire sur tout le corps. Il souffre toujours de douleurs, que rien ne peut soulager et qui l'empêchent de travailler.

La Pennsylvanie est un Etat qui compte 54 000 puits en production. Le géologue David Yoxtheimer affirme que "certains de ces additifs chimiques sont effectivement toxiques. Vous n'aimeriez pas les retrouver dans votre tasse de café le matin". Un discours rejeté par le gouverneur Thomas Corbett, pour qui "cette industrie a généré environ 28 000 emplois directs et des dizaines de milliers d'emplois indirects. Tout le monde en a tiré avantage".

En France, le Conseil constitutionnel a adressé, vendredi 11 octobre, une fin de non-recevoir aux industriels intéressés par les gaz et pétrole de schiste. Il a soulagé le gouvernement en confirmant l'interdiction de la fracturation hydraulique en vigueur depuis 2011.

Capture d\'écran d\'un reportage sur un site d\'exploitation du gaz de schiste, dans la région de Williamsport (Pennsylvanie).
Capture d'écran d'un reportage sur un site d'exploitation du gaz de schiste, dans la région de Williamsport (Pennsylvanie). ( FRANCE 3)