Gaz de schiste : manifestations en Europe contre le traité transatlantique

Entre 1 300 et 4 000 personnes ont défilé à Paris contre le traité transatlantique. Selon les manifestants, son adoption obligerait la France à revoir sa position en matière de gaz de schiste.

Un manifestant anti-gaz de schiste pose à Paris en marge du défilé contre le traité transatlantique, le 11 octobre 2014.
Un manifestant anti-gaz de schiste pose à Paris en marge du défilé contre le traité transatlantique, le 11 octobre 2014. (RAYMOND ROIG / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Plusieurs rassemblements contre le gaz de schiste se sont déroulés samedi 11 octobre en Europe, à l'occasion de la 3e journée internationale contre la "fracturation hydraulique", seul mode d'extraction connu des hydrocarbures "non conventionnels". Les manifestants ont le plus souvent couplé ce combat avec celui contre le projet d'accord de libre-échange transatlantique (Tafta, en anglais), en cours de négociation.

A Paris, le cortège, parti de la place Stalingrad, a gagné la place de la République en fin d'après-midi. Les manifestants, qui comptaient dans leurs rangs le coprésident du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon, ont été rejoints par des militants du réseau "Sortir du nucléaire" opposés à la tenue du premier salon mondial de la filière nucléaire du 14 au 16 octobre au Bourget. Au total, "entre 3 000 et 4 000 personnes" ont participé à ce rassemblement parisien, selon les organisateurs, 1 300 personnes selon la police.

Dans le reste de la France, des cortèges de centaines de personnes ont également défilé à Narbonne (Aude), Auch (Gers) ou encore Lille (Nord). Dans le reste de l'Europe, près de 300 actions étaient prévues dans 20 pays. Ci-dessous, des photos de manifestants à Bruxelles (Belgique), Londres (Royaume-Uni), Berlin (Allemagne) ou Helsinki (Finlande). Aucun chiffre global sur l'ampleur du rassemblement en Europe n'est disponible, samedi soir.