Projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure : "Un trou pour cacher la poussière sous le tapis"

Une nouvelle manifestation, mardi, des opposants au projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, dans la Meuse, est aussi l'occasion de "montrer que la mobilisation a grandi", estime le collectif "Sauvons la forêt".

Dans la forêt de Mandres-en-Barrois, en Meuse, une barricade a été érigée, le 20 juin 2016.
Dans la forêt de Mandres-en-Barrois, en Meuse, une barricade a été érigée, le 20 juin 2016. (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Les opposants au projet d'enfouissement de déchets nucléaires Cigéo à Bure manifestent mardi 15 août dans ce petit village de la Meuse. Pour John, membre du collectif "Sauvons la forêt" opposé au projet Cigéo, cette manifestation est l’occasion "de montrer que la mobilisation a grandi" depuis un an. Pour les opposants, ce site de stockage de déchets radioactifs construit à 500 mètres de profondeur revient à "faire un trou pour cacher la poussière sous le tapis".

franceinfo : Pourquoi manifestez-vous ce mardi 15 août ?

John : C’est une date anniversaire pour nous. Il y a un an, nous avons manifesté et renversé la clôture d’un kilomètre de long en béton qui devait entourer la forêt du bois Lejuc. Nous occupons depuis le lieu pour protester contre la construction du site d’enfouissement Cigéo. Par ailleurs, pour nous, après avoir remporté plusieurs victoires juridiques ces derniers mois, c’est l’occasion aussi de montrer que la mobilisation a grandi et atteint un niveau national.

Où en est le projet aujourd’hui ?

On a fait condamner l’Andra (l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs) pour défrichement illégal. Plus récemment, l’Agence de sûreté nucléaire (ASN) et l’Institut de radioprotection et de sûreté (IRSN) ont rendu des avis qui mettent en doute la sûreté du projet. L’autorité environnementale demande à l’Andra de refaire une étude d’impact. C’est une confirmation de nos arguments que l’on défend depuis vingt ans dans la Meuse.

Où en est le chantier ?

Il est interrompu car la forêt est occupée physiquement pour empêcher les travaux de reprendre. D’autres chantiers ont pu avoir lieu, l’Andra a commencé à faire des puits de forages tout autour de son site actuel de laboratoire. On dénonce le fait que Cigéo, qui est un projet qui ne doit être créé qu’en 2019, puisse déjà faire l’objet de travaux préliminaires.

Pourquoi vous battez-vous pour faire stopper le projet ?

Il faut stopper le nucléaire pour trouver les bonnes solutions. Cigéo, c’est un moyen de passer en force pour maintenir la filière nucléaire. C’est faire un trou pour cacher la poussière sous le tapis.