Mort de Rémi Fraisse à Sivens : le gendarme qui a lancé la grenade placé sous le statut de témoin assisté

Le gendarme a été entendu pendant trois heures au palais de justice, vendredi.

Une femme porte une pancarte, le 25 octobre 2015, en hommage au militant Rémi Fraisse, mort à Sivens (Tarn) lors d'un affrontement avec les forces de l'ordre.
Une femme porte une pancarte, le 25 octobre 2015, en hommage au militant Rémi Fraisse, mort à Sivens (Tarn) lors d'un affrontement avec les forces de l'ordre. (REMY GABALDA / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le gendarme auteur du tir de grenade qui avait tué l'écologiste Rémi Fraisse, le 26 octobre 2014 sur le site du barrage de Sivens (Tarn), a été placé, vendredi 18 mars, sous le statut de témoin assisté. Cela signifie qu'il "ne peut pas être renvoyé devant un tribunal", a souligné son avocat, Jean Tamalet, lors d'un point-presse au palais de justice de Toulouse. Son client a été entendu pendant près de trois heures.

Une bonne nouvelle, selon l'avocat du gendarme

"C'est un signal fort. La suite logique est qu'il bénéficie d'un non-lieu", a ajouté l'avocat, qui s'est dit "satisfait". "Je ne suis pas surpris car cela correspond aux faits", a-t-il ajouté, se félicitant que, grâce à ce placement sous le statut de témoin assisté, le gendarme puisse être "acteur de l'instruction" en ayant accès à son dossier.

L'information judiciaire, ouverte initialement pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a été requalifiée en "homicide involontaire, ce qui correspond aux faits". Selon l'avocat, l'instruction s'achèvera "probablement" dans environ six mois.