Alerte aux pesticides lancée par des médecins limousins

85 médecins du Limousin lancent un appel ce vendredi contre les pesticides. Dans cette région, les pomiculteurs sont très consommateurs de produits chimiques : jusqu'à une quarantaine de traitements par an. Ces médecins alertent donc sur les dangers sanitaires et environnementaux que courent les agriculteurs mais aussi les riverains des cultures.

(Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Sandrine Goujon, mère de trois
enfants, habite Vigeois, un petit village de Corrèze. Une maison avec un
jardin, des balançoires : le rêve si seulement, elle ne vivait pas à 15
mètres à peine d'une grande plantation de pommiers. "Ils pulvérisent
même quand on mange à
midi. Les produits volent et se déposent
sur nous. Ça me fait des plaques rouges. Le petit ça lui pique les mains. Même
mon linge je ne peux pas l'étendre dehors. On ne peut rien faire
", témoigne cette mère de
famille.

Depuis cinq ans, ses relations avec
son voisin pomiculteur sont très tendues et elle s'est plainte plusieurs fois
auprès des autorités. Elle souffre aujourd'hui d'inflammation des muscles, de
baisse d'énergie, sans forcément savoir si ces symptômes sont directement liés
aux pesticides.

"Est-ce qu'on attend encore 40.000 études avant d'agir ?" (Dr Périnaud)

Trop de "signaux de danger sont au rouge : cancers, maldie de Parkinson, troubles de la fertilité... " s'inquiètent les 85 médecins limousins signataires de l'appel contre les pesticides. Pour Pierre-Michel Périnaud, médecin
généraliste à l'origine de cette alerte, il est tant d'agir : "C'est
très difficile en santé environnementale de dire que tel cancer est lié à tel
pesticide. Mais aujourd'hui les études qui existent sur le sujet font froid
dans le dos. Est-ce qu'on attend encore 40.000 études avant d'agir ? Nous on
pense qu'il est tant de faire quelque chose
."

Créer des
zones tampons entre les maisons et les champs et surtout réduire de moitié
l'usage des pesticides dans la région voilà ce que demandent les médecins dans
leur appel relayant ainsi les demandes des associations environnementale.