Alerte aux pesticides dans le vin... même bio

Faut-il avoir peur de ces produits en -ide (pesticide, fongicide), dont la plupart sont dangereux pour la santé ? L'UFC-Que choisir tire mardi une nouvelle fois la sonnette d'alarme. Pour le secteur viticole, son constat est accablant : sur 92 vins testés, bio ou pas, 33 molécules différentes ont été recensées. A des concentrations très faibles, relativisent les professionnels du secteur.

(GordonGrand Fotolia.com)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le constat est accablant : 92 vins testés, 92 vins contaminés. Dans toutes les régions viticoles françaises, à tous les prix - d'1,6 à 15€, soit le budget moyen consacré au vin, explique Que Choisir (accès payant) . L'association de consommateurs a réalisé une nouvelle étude sur la concentration de pesticides dans les vins.

Cela pourra paraître curieux, mais de telles mesures n'existent pas en France. Plus précisément, les seuls seuils de toxicité qui existent concernent le raisin de cuve - avant, donc, la fermentation qui transforme le jus en vin et, au passage, détruit pas mal de saletés... Ces seuils sont appelés LMR, limite maximale de résidus - et sont établis par l'Autorité européenne de sécurité des aliments, l'EFSA.

Tous les vins testés contaminés

En l'absence de réglementation, c'est le plus grand flou, donc. D'où l'utilité d'une étude comme celle de Que Choisir. Qu'y apprend-on ? Que tous les vins testés, bio ou pas, sont contaminés. Sur les 165 molécules recherchées, 33 ont été détectées. Mais les concentrations restent très largement inférieures aux LMR (fixées, rappelons-le, pour les raisins de cuve).

Le vin le plus chargé du panel est un Graves blanc, Château Roquetaillade-le-Bernet 2011, qui contient 1.682 microgramme de pesticides par kilos (sachant qu'un microgramme est un milliardième de gramme...). Il y a aussi le très célèbre Mouton Cadet, version rouge 2010, dans lequel on trouve pas moins de 14 résidus de pesticides.

Quel enseignement retenir ? Qu'il n'y a pas franchement de danger pour la santé, vu les concentrations détectées. Mais qu'il y a sans doute urgence à établir des LMR pour les vins...