Un "Frère" contre un militaire. Le second tour de la présidentielle en Egypte devrait opposer le candidat islamiste, Mohammed Morsi, à l'ancien Premier ministre d'Hosni Moubarak Ahmad Chafiq, selon des résultats donnés vendredi 25 mai par la confrérie islamiste et la presse. Ce duel n'a toutefois pas été confirmé par la commission électorale, qui doit annoncer les résultats officiels à partir de dimanche. Le second tour se tiendra les 16 et 17 juin.

Dès le premier tour, Morsi et Chafiq sont apparus en franche opposition et leur confrontation au second tour pourrait gravement diviser le pays. L'ancien Premier ministre est abhorré par les partisans de la révolution, pour qui son éventuelle victoire signifierait la mort de leurs idéaux. Ancien chef d'état-major de l'armée de l'air, il est considéré par beaucoup comme le candidat de l'ancien régime et de l'armée, au pouvoir depuis la chute du raïs. Les détracteurs de Mohammed Morsi le considèrent pour leur part comme soumis aux Frères musulmans et à leur vision islamique très conservatrice de la société aux dépens des intérêts du pays.

"La chose importante, c'est que les élections étaient propres", soulignait Ali Ahmed, qui votera pour Mohammed Morsi au second tour de cette élection présidentielle pluraliste, au résultat pour la première fois non connu d'avance dans l'histoire du pays. La commission électorale a affirmé jeudi que le scrutin s'était en général déroulé de manière "calme et organisée", avec un taux de participation estimé à 50%