Un bureau de vote à Thessalonique (Grèce), le 6 mai.
Un bureau de vote à Thessalonique (Grèce), le 6 mai. (SAKIS MITROLIDIS / AFP)

Un week-end très politique pour l'Europe. De nombreux pays élisent leurs députés, maires ou présidents dimanche 6 mai. 

• Législatives capitales en Grèce

Dimanche, la Grèce est appelée à désigner 300 nouveaux membres du Parlement lors d'élections législatives anticipées. Crise, austérité, électeurs lassés, extrême droite menaçante... "Les choix que nous allons faire vont définir l'avenir du pays pour les prochaines décennies", a prévenu Lucas Papademos, en direct à la télévision nationale, le 11 avril. Le Premier ministre grec a des raisons de s'inquiéter. Pour les deux grands partis affaiblis, le scrutin s'annonce indécis et pourrait rendre le pays ingouvernable.

• Merkel mise à l'épreuve en Allemagne

Les électeurs du Land de Schleswig-Holstein (nord) se rendent aux urnes dimanche pour la deuxième de trois élections régionales aux allures de test pour la coalition conservateurs-libéraux d'Angela Merkel, à 16 mois des législatives.

Ce scrutin là devrait peu affecter directement la chancelière, mais il intervient une semaine avant un vote jugé nettement plus crucial, celui de Rhénanie du Nord Westphalie (ouest), Etat régional le plus peuplé et le plus industrialisé d'Allemagne.

• Duel sur l'Europe en Serbie

D'une pierre trois coups. Les Serbes votent aux élections présidentielle, législatives et locales dimanche. Des scrutins marqués par le duel entre le camp pro-européen du président sortant, Boris Tadic, et les nationalistes populistes de Tomislav Nikolic, avec en toile de fond une économie en crise.

Le Parti démocratique (DS) de Boris Tadic et le Parti serbe du progrès (SNS, opposition) de Tomislav Nikolic seraient à égalité avec environ 30% des intentions de vote chacun pour les législatives. Les deux hommes s'affronteront ensuite au deuxième tour de la présidentielle le 20 mai.

• Test démocratiaque en Arménie

Les Arméniens se rendent aussi aux urnes pour élire leur nouveau Parlement. Le scrutin aura des allures de test, le régime espérant des élections démocratiques quatre ans après une présidentielle controversée marquée par de sanglants affrontements. Le président Sarksyan, élu en 2008, a promis que l'élection serait équitable. "Nous avons réussi à transformer la bataille politique en une compétition juste", a dit le chef de l'Etat à ses partisans durant la campagne.

Municipales sur fond de scandale en Italie

Les Italiens ont commencé à voter dimanche aux élections municipales partielles à l'occasion du premier scrutin de l'ère Mario Monti, le président du Conseil, dans un climat politique marqué par les scandales qui agitent la Ligue du Nord.

Les soupçons entretenus par les Italiens sur leurs dirigeants politiques ne sont jamais bien loin, mais une série de scandales les a relancés quelques jours avant les élections municipales partielles qui se terminent lundi.