Mort de Fidel Castro

Fidel Castro, le père de la Révolution cubaine, qui a tenu son île d'une main de fer et défié la superpuissance américaine pendant plus d'un demi-siècle avant de céder le pouvoir à son frère Raul, est mort à l'âge de 90 ans vendredi 25 novembre.

"Le commandant en chef de la Révolution cubaine est décédé à 22h29 ce soir (vendredi)" (03h29 GMT samedi), a annoncé Raul Castro en lisant une déclaration sur l'antenne de la télévision nationale.

Le président cubain n'a pas révélé les causes du décès, mais a précisé sur un ton volontaire et solennel que Fidel Castro serait incinéré "dans les premières heures" de la journée de samedi.

"L'organisation de l'hommage funèbre qui lui sera rendu sera précisée" ultérieurement, a-t-il ajouté dans cette brève allocution conclue par un tonitruant : "Jusqu'à la victoire, toujours!" ("Hasta la victoria, siempre"), l'antienne bien connue du Comandante.

Le "Lider Maximo" avait cédé le pouvoir à son frère Raul à partir de 2006 après une hémorragie intestinale. Il avait abandonné ses dernières responsabilités au Parti communiste de Cuba (PCC) en avril 2011.

L'ex-président cubain avait totalement disparu des écrans cubains entre février 2014 et avril 2015, ce qui avait alimenté de nombreuses rumeurs sur son état de santé.

Mais depuis un an et demi, même si ses déplacement restaient limités, il avait recommencé à recevoir chez lui personnalités et dignitaires étrangers.

La semaine dernière, il avait toutefois pris les observateurs au dépourvu en ne recevant pas le Premier ministre Canadien Justin Trudeau, malgré la forte amitié qui liait l'ex-président cubain à son père Pierre-Elliott Trudeau. La veille, il était apparu en bonne forme sur des photos prises lors d'entretiens avec le président vietnamien Tran Dai Quang.

La nouvelle de sa mort, tombée vers minuit, s'est rapidement répandue dans les rues clairsemées de La Havane, de nombreux habitants se disant mortifiés de voir disparaître le "Comandante".

1234