Cuba : des diplomates américains et canadiens ont été victimes de mystérieuses "attaques acoustiques"

Le département d'Etat américain a indiqué qu'une enquête avait été lancée.

L\'ambassade américaine à La Havane (Cuba), le 19 juin 2017. 
L'ambassade américaine à La Havane (Cuba), le 19 juin 2017.  (ALEXANDRE MENEGHINI / X03465 / REUTERS)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils ont été victimes d'"attaques acoustiques". Des diplomates, employés de l'ambassade des Etats-Unis à La Havane, ont connu des pertes d'audition au cours des derniers mois, a révélé le département d'Etat américain, jeudi 24 août. Au moins 16 employés sont concernés et deux d'entre eux ont été contraints de quitter Cuba pour être soignés. Franceinfo répond à trois questions sur cette mystérieuse affaire, qui pourrait de nouveau entraver les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba.

Que s'est-il passé ?

Mercredi 9 août, la diplomatie américaine fait état d'une série d'"incidents"  ayant touché plusieurs de ses employés basés à l'ambassade des Etats-Unis à La Havane. Certains "membres du gouvernement américain (...) ont signalé des incidents ayant provoqué une série de symptômes physiques", annonce la porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert. Le lendemain, le gouvernement canadien révèle qu'un de leurs diplomates, qui travaille aussi sur l'île, souffre également de perte d'audition. Brianne Maxwell, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères canadien, évoque "des symptômes inhabituels". 

D'après La Tribune de Genève, l'affaire remonte à fin 2016. Plusieurs responsables au sein du département d'Etat, cités sous couvert d'anonymat par CNN, évoquent une "attaque acoustique" contre les diplomates américains et canadiens. Selon eux, des appareils soniques sophistiqués auraient été placés à l'extérieur ou à l'intérieur des résidences de ces diplomates à Cuba, provoquant des pertes d'audition importantes. La chaîne d'information américaine précise que les victimes ont développé des symptômes similaires à des lieux et moments différents, depuis fin 2016. 

Au moins deux des employés concernés souffrent de problèmes de santé sérieux, selon CNN. Ils ont été rapatriés aux Etats-Unis pour leur traitement. Les personnes touchées auraient pu subir une perte totale de l'audition, selon un officiel américain interrogé par la chaîne. L'un d'entre eux doit déjà porter un appareil auditif.

Où en est l'enquête ?

Les attaques se sont "pour l'instant" arrêtées, précise CNN. "Nous n'avons pas de réponses définitives sur la source ou la cause de ce que nous considérons être des incidents", a expliqué la porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert, en annonçant qu'une enquête était en cours. "Nous ne pouvons pas accuser à ce stade un pays ou qui que ce soit", a-t-elle poursuivi. Le Canada a quant à lui annoncé qu'il travaillait "activement avec les autorités américaines et cubaines" pour faire la lumière sur ces incidents.

Selon La Tribune de Genève, La Havane a ouvert une enquête "exhaustive, prioritaire et urgente" sur ces possibles "attaques acoustiques". "Cuba n'a jamais autorisé et n'autorisera jamais (...) aucun type d'action contre des diplomates accrédités ou contre leur famille", a affirmé dans un communiqué le ministère cubain des Affaires étrangères, cité par le magazine Challenges.

Les autorités cubaines "insistent pour dire qu'elles ne savent pas, mais c'est très préoccupant et problématique", a réagi un officiel américain auprès de CNN, qui explique que les Etats-Unis soupçonnent le gouvernement cubain d'avoir "facilité" l'attaque. Le FBI, dont plusieurs agents doivent se rendre sur l'île, mène l'enquête avec le gouvernement cubain.

Comment les Etats-Unis ont-ils réagi ? 

En réaction à ces mystérieux "incidents", Washington a décidé d'expulser deux diplomates cubains des Etats-Unis, le 23 mai dernier. "Cuba est responsable de la sécurité de nos diplomates sur place", a réagi le département d'Etat américain, cité par La Tribune de Genève. Les autorités cubaines se sont opposées à cette décision, la jugeant "injustifiée et infondée", précisent Le Figaro et CNN.

Les diplomates en question pourraient toutefois revenir aux Etats-Unis si l'affaire est résolue. Reste que cette enquête risque de porter un nouveau coup aux relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba, déjà mises à mal depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Le président américain a annoncé de nouvelles restrictions à l'égard de l'île en juin, remettant en cause le rapprochement engagé par son prédécesseur, Barack Obama.