Crash en Ukraine : qui sont les passagers du vol MH17 ?

Le Boeing 777, qui s'est écrasé à l'est du pays jeudi, transportait 298 personnes, dont 15 membres d'équipage.

De personnes rendent hommage aux victimes du vol MH17 de la Malaysia Airlines, devant l'ambassade de Hollande, en Ukraine, jeudi 17 juillet 2014.
De personnes rendent hommage aux victimes du vol MH17 de la Malaysia Airlines, devant l'ambassade de Hollande, en Ukraine, jeudi 17 juillet 2014. (REUTERS )

Mis à jour le , publié le

On commence à en savoir un peu plus sur l'identité des passagers du vol MH17, qui s'est écrasé en Ukraine, jeudi 17 juillet. Même si pour 20 d'entre eux, les identifications sont toujours en cours. Selon la compagnie Malaysia Airlines (en anglais), sur l'ensemble des passagers, 189 étaient Hollandais, 44 Malaysiens, dont les 15 membres de l'équipage, 27 Australiens, 12 Indonésiens, 9 Anglais, 4 Allemands, 4 Belges, 3 Philippins, 1 Canadien et 1 Néo-Zélandais. La nationalité de quatre passagers reste inconnu.

> Crash du MH17 : suivez la situation en direct

Par ailleurs, une centaine de personnes étaient en route pour la conférence mondiale sur le sida, qui démarre ce week-end à Melbourne (Australie). Le Boeing 777 effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, où une partie des passagers devaient ensuite embarquer dans un vol pour Melbourne. 

D'éminents chercheurs sur le sida

Buzzfeed (en anglais) signale que, parmi eux, se trouvait Joep Lange, un chercheur éminent sur le sida, ainsi que Glenn Raymond Thomas, un porte-parole du département halte à la tuberculose de l'OMS. Sur Twitter, des collègues leur ont rapidement rendu hommage.


"Joep Lange était un des principaux chercheurs et cliniciens sur le sida. Il était un militant dans l'âme. Parti trop tôt aujourd'hui sur vol de la Malaysia Airlines. Repose en paix".

"Triste d'apprendre que mon ami et collègue de l'@OMS qui se rendait à la @conférence_sur_le_sida de Melbourne se trouvait sur le vol #MH17. RIP #Glenn Thomas"

Selon le Huffingtonpost, la docteur Rachel Baggaley a, pour sa part, déclaré à Vox (en anglais), à propos de Glenn Raymond Thomas : "Je suis dévastée. C'était un collègue très proche avec qui je travaillais quotidiennement. Il venait tout juste de célébrer son anniversaire et avait prévu plein d'activités pour souligner l'événement."

La présidente de la Société internationale sur le sida, la Française Francoise Barré-Sinoussi, a indiqué que la  conférence ne sera pas annulée : "Nous avons décidé de continuer, nous pensons à eux et nous savons que c'est ce qu'ils aimeraient que nous fassions."

The Guardian (en anglais) évoque, lui, la disparition de Pim de Kuijer, un ancien membre du Parlement européen. "Pim croyait à la bonne entente entre les pays, à un état de droit et à l'égalité pour tous, et il se battait pour ces idéaux à travers son travail et ses activités politiques. Je souhaite que nous lui rendions hommage en redoublant d'ardeur pour parvenir à vivre dans un monde en paix", a déclaré un de ses collègues et amis.

Des familles australiennes

Vingt-sept Australiens figurent parmi la liste des victimes. The Sidney Morning Herald (en anglais)  évoque un couple, qui venait de se marier et qui effectuait un voyage de noces en Europe. Un grand-père et son petit-fils revenaient aussi du Vieux continent tout comme plusieurs familles avec des enfants. Une sœur travaillant dans une école se trouvait aussi parmi les passagers. "C'était une personne passionnée et aimée de tous" a déclaré au journal australien une étudiante.

Des enfants

Outre ceux des familles australiennes, il y aurait 85 enfants présents dans le vol MH17, selon François Beaudonnet, le correspondant de France 2 à Amsterdam.

Une famille déjà victime du vol MH370

Le sort s'acharne sur leur famille. Kaylene Mann avait déjà perdu son frère Rod et sa belle-soeur Mary, disparus dans le vol MH370 de la Malaysia Airlines en mars. Cette Australienne a appris vendredi que sa belle-fille Maree était à bord du vol MH17 de la même compagnie, rapporte Associated Press (en anglais).

D'après les témoignages recueillis par l'agence, Maree et son mari Albert, originaires de Melbourne, revenait de quatre semaines en Europe. La famille ne tient pas grief à Malaysia Airlines pour ce nouveau crash : "Personne ne pouvait prévoir que l'avion allait être abattu, ils n'y peuvent rien", répond un des membres.

Un steward dont la femme a échappé au drame du vol MH370

Sanjid Singh, steward de la Malaysia Airlines et membre d'équipage, fait partie des victimes, relaie l'Express, qui cite The Malaysianinsider (en anglais). L'homme n'était pas censé prendre l'avion. Il a changé à Kuala Lumpur (Malaisie) avec un autre membre de l'équipage. Mais l'histoire est plus dramatique encore. "Sa femme, hôtesse chez Malaysia Airlines, a échappé à la mort", explique le quotidien. Elle a laissé "sa place sur le vol MH370 à une collègue qui souhaitait aller à Pékin (Chine). Ce même vol de la Malaysia Airlines a disparu au large du Viêtnam avec 239 personnes à son bord", détaille l'Express.

Deux supporters du club de Newcastle

Parmi les neufs anglais figurent deux supporters du club de football de Newcastle : John Alder et Liam Sweeney. Le club a salué leur mémoire dans un communiqué (en anglais) : "la perte de John et Liam est une nouvelle vraiment dévastatrice", a déclaré Lee Charnley, l'un des cadres du club. Les deux hommes se rendaient en Nouvelle-Zélande pour suivre la tournée d'été de leur club.

Des Français ?

L'incertitude persiste, vendredi 18 juillet, après les errances du gouvernement français. Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier n'était pas en mesure d'infirmer ou de confirmer la présence de Français à bord du vol MH17, rapporte RTL.

François Hollande a affirmé, jeudi soir, que "plusieurs Français pourraient avoir été" dans l'avion de ligne malaisien reliant Amsterdam (Pays-Bas) à Kuala Lumpur (Malaisie). "Je parle au conditionnel", a insisté le président. Quelques heures plus tôt, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius avait affirmé qu'au moins quatre Français "au minimum" se trouvaient à bord.