Le complexe intercoréen de Kaesong, situé en territoire nord-coréen et symbole de la coopération entre les deux Corées, est devenu le dernier foyer de crispation. La Corée du Nord a empêché, mercredi 3 avril, les employés sud-coréens d'entrer dans le complexe industriel. Séoul a ensuite prévenu qu'il n'excluait pas une action militaire pour protéger ses ressortissants.

Kaesong accueille environ 53 000 employés nord-coréens encadrés par plusieurs centaines de sud-coréens. Les produits fabriqués vont de la confection à l'électronique en passant par la chimie. La zone industrielle, implantée à 10 km à l'intérieur de la Corée du Nord, a été inaugurée en 2004 dans une volonté symbolique d'établir une coopération entre les deux Corées.

Les 484 Sud-Coréens qui devaient se rendre au sein du complexe n'ont pas été autorisés à le faire par la Corée du Nord, selon le ministère sud-coréen de l'Unification. Sur les 861 Sud-Coréens présents mercredi, 33 avaient quitté le site dans l'après-midi, des centaines ayant décidé de rester pour assurer le bon fonctionnement des entreprises.

Les soldats sud-coréens face au passage, fermé, qui mène au complexe de Kaesong, situé en territoire nord-coréen. 
Les soldats sud-coréens face au passage, fermé, qui mène au complexe de Kaesong, situé en territoire nord-coréen.  (KIM HONG-JI / REUTERS )