La Corée du Nord envoie des ballons remplis de mégots de cigarette vers le Sud

Selon le "New York Times", il s'agit du dernier épisode de la guerre des nerfs entre Pyongyang et Séoul.

Un soldat sud-coréen marchant le long d'un clôture à la frontière avec la Corée du Nord, le 7 janvier 2016.
Un soldat sud-coréen marchant le long d'un clôture à la frontière avec la Corée du Nord, le 7 janvier 2016. (JUNG YEON-JE / AFP)

Mis à jour le , publié le

Les relations entre les deux Corées restent tendues depuis que les essais nucléaires, menés le 6 janvier par Pyongyang, font peser une menace sur la région. Les deux pays ont par ailleurs mis en œuvre des moyens inédits pour s'invectiver, comme l'explique le New York Times (en anglais).

La Corée du Sud a ainsi installé à la frontière d'énormes haut-parleurs destinés à faire entendre des critiques contre Kim Jong-un, le leader nord-coréen. De son côté, le Nord a envoyé en direction du Sud des ballons remplis de prospectus de propagande... et de mégots de cigarette, comme l'a rapporté la police sud-coréenne jeudi 4 février.

Des ordures, du papier toilette et bientôt des armes bactériologiques ?

Ces ballons étaient équipés de minuteurs, destinés à faire exploser les ballons et à déverser leur contenu au-dessus des villes de Corée du Sud. Mais certains n'ont pas explosé et se sont écrasés contre les toits et les voitures d'habitants du Sud.

La police a confirmé que certains ballons contenaient bien des mégots de cigarette, mais n'a pas commenté les affirmations de certains journaux qui relayaient la présence d'ordures et de papier toilette usagé dans des ballons nord-coréens. Certains médias affirment, de leur côté, que les autorités sud-coréennes craignent que ces ballons puissent être utilisés pour envoyer des substances bactériologiques sur la population.

Durant plusieurs années, les activistes anti-Corée du Nord ont envoyé des ballons vers le Nord, pour envoyer des dollars, des radios, des CD de films occidentaux ou des prospectus insultant les dirigeants nord-coréens. Pyongyang, qui avait plusieurs fois promis de contre-attaquer, semble avoir mis ses menaces à exécution.