Donald Trump promet de réagir "très fermement" au tir nord-coréen

La Corée du Nord a assuré avoir testé, avec "succès", un nouveau missile balistique. Et son dirigeant Kim Jong-un "a exprimé sa grande satisfaction à posséder.

Donald Trump lors d\'une conférence de presse en compagnie du Premier ministre canadien Justin trudeau, à Washington (Etats-Unis), le 13 février 2017.
Donald Trump lors d'une conférence de presse en compagnie du Premier ministre canadien Justin trudeau, à Washington (Etats-Unis), le 13 février 2017. (SAUL LOEB / AFP)
avatar
franceinfo avec ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Donald Trump tape du poing sur la table, lundi 13 février, après le nouveau tir de missile balistique à longue portée que la Corée du Nord dit avoir réussi la veille.

La Corée du Nord est évidemment un gros, gros problème et nous allons le traiter très fermement.

Donald Trump

lors d'une conférence de presse

"Nous sommes capables de faire face à une agression nord-coréenne"

Le département américain de la Défense a également condamné l'initiative lundi et réaffirmé sa détermination "infaillible" à assurer la protection des Etats-Unis et de leurs alliés, notamment le Japon et la Corée du Sud. 

"Nous sommes capables de faire face à une agression nord-coréenne à l'aide de missiles balistiques et nous prendrons les mesures nécessaires pour dissiper les menace", a déclaré le capitaine Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

Condamnation unanime du Conseil de sécurité de l'ONU

Le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné, lundi, à l'unanimité le tir nord-corée et menacé de "prendre de nouvelles mesures significatives" contre Pyongyang.

Les quinze pays membres du Conseil, y compris la Chine, principale alliée de la Corée du Nord, ont approuvé un texte proposé par les Etats-Unis affirmant que le test de missile constituait une "grave violation" des résolutions de l'ONU. "Il est temps que la Corée du Nord rende des comptes, non en mots mais en actes", ont écrit les quinze pays.

Les résolutions de l'ONU interdisent à Pyongyang tout programme nucléaire ou balistique. Depuis le premier essai nucléaire nord-coréen de 2006, le régime a essuyé six volées de sanctions qui ne l'ont pas convaincu d'abandonner ses ambitions militaires.