Les Nations unies prennent des sanctions "sans précédent" contre la Corée du Nord après son récent essai nucléaire

Pyongyang a réagi en tirant six missiles à courte portée en mer du Japon.

Une télévision sud-coréenne diffuse des images d'un tir de fusée nord-coréen, le 7 février 2016 à Séoul (Corée du Sud).
Une télévision sud-coréenne diffuse des images d'un tir de fusée nord-coréen, le 7 février 2016 à Séoul (Corée du Sud). (KIM HONG-JI / REUTERS)

Mis à jour le , publié le

Après avoir annoncé un essai nucléaire, en janvier, puis un tir de fusée en février, la Corée du Nord s'est attirée les foudres du Conseil de sécurité des Nations unies. Celui-ci a adopté, mercredi 2 mars, de nouvelles sanctions contre le régime communiste, qualifiées de "sans précédent mais ciblées" par l'ambassadeur français auprès des Nations unies. Quelques heures après cette annonce, Pyongyang a réagi, en tirant six missiles à courte portée en mer du Japon, a annoncé la Corée du Sud.

Les nouvelles sanctions contre la Corée du Nord ont été adoptées à l'unanimité par le Conseil de sécurité, c'est-à-dire avec l'accord de la Chine, pourtant alliée du régime de Kim Jong-un. "La Corée du Nord doit abandonner ces programmes dangereux et choisir une meilleure voie pour son peuple", a déclaré le président américain Barack Obama. La Chine a estimé que cette résolution devait être "un point de départ" à une reprise des négociations sur le démantèlement de programme nucléaire nord-coréen.

Les dignitaires nord-coréens privés de jet-skis

Avec ces nouvelles sanctions, les pays membres de l'ONU devront inspecter toutes les marchandises en provenance et à destination de Corée du Nord et interdire ou bloquer les navires et avions soupçonnés de transporter des marchandises de contrebande vers le pays. L'ONU a aussi interdit à Pyongyang d'exporter du charbon, du fer et de nombreux autres minéraux, qui sont des sources de revenus importantes pour le régime, a moins que les revenus générés soient utilisés pour la "subsistance" de la population nord-coréenne. Enfin, les dignitaires du régime ne pourront plus se procurer de montres de luxe, ni de jet-skis.