Le dissident chinois Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix 2010, est mort d'un cancer après plus de huit années de détention

La Chine avait une nouvelle fois rejeté, jeudi, les pressions internationales pour que cette figure du combat pour la démocratie dans le pays se fasse soigner à l'étranger.

Photo non-datée du dissident chinois Liu Xiaobo sur son lit d\'hôpital, à l\'hôpital universitaire de Shenyang, dans le nord-est de la Chine. 
Photo non-datée du dissident chinois Liu Xiaobo sur son lit d'hôpital, à l'hôpital universitaire de Shenyang, dans le nord-est de la Chine.  (AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le dissident chinois Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix 2010, est mort des suites d'un cancer après plus de huit années de détention, ont annoncé les autorités chinoises, jeudi 13 juillet. La Chine avait une nouvelle fois rejeté, jeudi, les pressions internationales pour que cette figure du combat pour la démocratie dans le pays, âgée de 61 ans, se fasse soigner à l'étranger. Liu Xiaobo avait été placé en liberté conditionnelle et hospitalisé pour un cancer du foie.

Liu Xiaobo a été condamné en 2009 à 11 ans de réclusion pour "subversion", après avoir appelé à des réformes démocratiques. Il avait corédigé un manifeste, la Charte 08, prônant notamment des élections libres. 

Premier prix Nobel de la paix à mourir privé de liberté depuis 1938

Il devient le premier prix Nobel de la paix à mourir privé de liberté depuis le pacifiste allemand Carl von Ossietzky, décédé en 1938 dans un hôpital alors qu'il était détenu par les nazis.

Les Etats-Unis et l'Allemagne avaient appelé mercredi à la libération de Liu Xiaobo, après l'annonce, par l'établissement où il était soigné, d'une "défaillance respiratoire" de l'opposant, semblant accroître la perspective d'une mort imminente. L'opposant avait fait savoir qu'il souhaitait être hospitalisé à l'étranger.

Sa femme en résidence surveillée 

Pékin avait rétorqué que l'état du dissident lui interdisait toute évacuation, contrairement à ce qu'avaient indiqué dimanche deux médecins, américain et allemand, admis à son chevet.

Semblant rejeter un acharnement thérapeutique, la famille du dissident a refusé qu'il soit intubé et placé sous respiration artificielle, a rapporté mercredi l'hôpital universitaire N°1 de Shenyang (nord-est de la Chine), où il a été admis. Sa femme Liu Xia était à ses côtés à l'hôpital. Mais elle ne pouvait être jointe par les médias car elle est placée en résidence surveillée par les autorités depuis 2010.

Une chaise vide à Oslo

"Nous trouvons profondément perturbant que Liu Xiaobo n'ait pas été transféré dans un établissement où il aurait pu recevoir un traitement médical adéquat avant que sa maladie n'entre en phase terminale", a commenté la présidente du comité Nobel de la paix, Berit Reiss-Andersen.

 Liu Xiaobo avait appris depuis sa cellule qu'il avait obtenu le prix Nobel de la paix en 2010. Lors de la cérémonie de remise du prix à Oslo, il avait été représenté par une chaise vide.

"Aujourd'hui nous pleurons la perte d'un géant des droits de l'homme. Liu Xiaobo était un homme d'une intelligence acérée, pétri de principes, d'esprit et avant tout d'humanité", a réagi Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International.