Les forces nigérianes continuent de passer au peigne fin une zone frontalière du Cameroun, dans le nord-est du pays, pour localiser les sept touristes français, dont quatre enfants, enlevés mardi. "Ces heures de recherches sont absolument capitales", explique Samah Soula, envoyée spéciale de France 2 à la frontière entre le Cameroun et le Nigeria, vendredi 22 février. Car les otages "peuvent être revendus à d'autres groupes" et "passer de mains en mains" à tout moment. Le risque est donc grand de perdre leur trace.

Les sept Français, trois adultes et quatre enfants âgés de 5 à 12 ans, en vacances dans le nord du Cameroun, ont été enlevés par des hommes à moto. Le Cameroun a indiqué que les ravisseurs avaient pris ensuite la direction du Nigeria tout proche, avec leurs otages, en traversant des zones marécageuses.

Des soldats et policiers camerounais le 19 février 2013 à Dabanga (Cameroun), près du 4x4 à bord duquel se trouvait la famille de touristes français enlevée.
Des soldats et policiers camerounais le 19 février 2013 à Dabanga (Cameroun), près du 4x4 à bord duquel se trouvait la famille de touristes français enlevée. ( AFP)