VIDEO. Après la prise en otages, quel suivi pour les enfants ?

De retour en France, les quatre garçons de 5 à 12 ans libérés au Cameroun vont être l'objet d'une attention particulière. France 2 revient sur leur traumatisme psychologique.

Voir la vidéo
M-P. Samitier, A. Zouioueche, A. Grenier-Comard / France 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils s'appellent Clarence, Maël, Andeol et Eloi. Ils sont âgés de 5 à 12 ans. Les quatre enfants de la famille Moulin-Fournier, ainsi que leurs parents et leur oncle, sont arrivés, samedi 20 avril, à Paris, deux mois après leur enlèvement au Cameroun. François Hollande s'est dit "impressionné" par les enfants. "Ils ont été des appuis solides. S'ils (la famille) ont pu retrouver leur liberté, les enfants y sont pour beaucoup", a ajouté le président. Les enfants, en short, avaient les yeux cernés mais le sourire aux lèvres.

Il s'agit désormais de "passer à la vie d'après", estime sur France 2 Hélène Romano, docteur en psychopathologie. Elle explique l'importance de retrouver ses repères, à l'aide de souvenirs, d'objets familiers de la vie d'"avant". Une prise en charge collective et individuelle est nécessaire pour les mois qui viennent.

Albane Moulun-Fournier, accompagnée de François Hollande, porte l\'un de ses enfants, le 20 avril 2013, à Orly (Val-de-Marne).
Albane Moulun-Fournier, accompagnée de François Hollande, porte l'un de ses enfants, le 20 avril 2013, à Orly (Val-de-Marne). (THOMAS SAMSON / AFP)