Les Brésiliens dans la rue pour réclamer la démission du président Michel Temer

Au Brésil, des milliers de manifestants ont défilé jeudi dans plusieurs villes du pays. Ils exigent le départ du président Michel Temer, éclaboussé par des accusations de corruption.

Le président brésilien, Michel Temer, participe à une cérémonie, le 9 mars 2017, à Brasilia (Brésil). 
Le président brésilien, Michel Temer, participe à une cérémonie, le 9 mars 2017, à Brasilia (Brésil).  (DIDA SAMPAIO / ESTADAO CONTEUDO / AFP)
logo
franceinfoAnne VignaRadio France

Mis à jour le
publié le

Combien de temps Michel Temer peut-il tenir ? Affaibli par de graves accusations de corruption, le président brésilien a affiché jeudi 18 mai à la télévision sa volonté de se maintenir au pouvoir.  "Je ne démissionnerai pas", a assuré Michel Temer, alors que la Cour suprême a ouvert une enquête.

"Temer dehors !"

Le quotidien O Globo a révélé mercredi que le président brésilien avait été enregistré à son insu par un chef d'entreprise, alors qu'il donnait son accord pour le versement de pots-de-vin. Avec pour objectif d'acheter le silence d'Eduardo Cunha, l'ancien patron de la chambre des députés, aujourd'hui en prison pour son implication dans le méga-scandale de corruption PetrobrasPlusieurs parlementaires ont déposé des motions de destitution et les appels à la démission se multiplient dans les rues des principales grandes villes du pays. Jeudi, des manifestations se sont déroulées aux cris de "Temer dehors !"

Exaspération

Tatiana a défilé à Rio de Janeiro : "On veut des élections directes maintenant ! On ne veut plus de Temer." Un avis partagé par Gerardo, venu manifester en famille : "Je suis dans la rue, où devraient être tous les Brésiliens pour virer du gouvernement cette bande de voleurs ! " À Rio et Brasilia, les manifestations ont donné lieu à quelques heurts avec les forces de l'ordre. Les défilés devraient se poursuivre dans les prochains jours. Touchés de plein fouet par la crise et un taux de chômage supérieur à 14%, les Brésiliens sont exaspérés par les scandales à répétition qui éclaboussent l'ensemble de la classe politique. Jeudi, trois des ministres ont quitté le gouvernement en signe de protestation.