Colombie : ce que l'on sait du crash d'avion qui a fait 71 morts

L'équipe de football de Chapecoense (Brésil) se trouvait à bord de l'appareil qui s'est écrasé lundi. Six personnes ont survécu au terrible accident. 

Des secouristes inspectent les débris de l\'avion qui s\'est écrasé en Colombie, mardi 29 novembre, quelques heures après l\'accident.
Des secouristes inspectent les débris de l'avion qui s'est écrasé en Colombie, mardi 29 novembre, quelques heures après l'accident. (FREDY BUILES / REUTERS)
avatar
franceinfo avec AFP et ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il n'y a que six survivants, tous blessés. Un avion transportant 77 personnes s'est écrasé en Colombie, lundi 28 novembre, faisant 71 morts, selon le dernier bilan officiel. Initialement de 75 morts, il a été revu à la baisse par les autorités mardi soir, car quatre personnes sur la liste des passagers n'étaient en fait pas montées dans à bord. Les deux boîtes noires ont été retrouvées. Un deuil national a été annoncé au Brésil, pays d'origine de la plupart des victimes. Voici ce que l'on sait de ce drame.

Quelles sont les circonstances de l'accident ?

Parti de Sao Paulo, au Brésil, le British Aerospace 146 de la compagnie bolivienne Lamia avait fait une escale technique en Bolivie avant de mettre le cap sur la Colombie. Il s'est écrasé dans la zone montagneuse d'El Gordo, à 3 300 mètres d'altitude, à environ 50 km de Medellin, la deuxième ville de Colombie.

L'accident est survenu cinq minutes avant l'atterrissage sur l'aéroport José Maria Cordova de Rionegro, qui dessert Medellin. Selon les autorités, les conditions météorologiques étaient mauvaises, en raison de fortes pluies dans une "zone d'accès très difficile". L'Aviation civile indique qu'un message d'urgence pour "pannes électriques" a été émis depuis l'appareil. Le Royaume-Uni, pays où a été construit l'avion, va envoyer une équipe d'experts sur place. Les deux boîtes noires ont été retrouvées sur place, ce qui devrait permettre d'éclaircir les circonstances de l'accident. 

Qui sont les victimes ?

Il s'agit de footballeurs de l'équipe de Chapecoense, d'accompagnants et membres de l'équipe technique, de journalistes et des membres d'équipage. Les joueurs se rendaient à Medellin pour y affronter l'Atletico Nacional dans le match aller de la finale de la Copa Sudamericana, une grande compétition de clubs d'Amérique latine. C'était la première fois que le modeste club de Chapecoense s'était qualifié pour la finale, après avoir éliminé en demi-finale la puissante équipe argentine de San Lorenzo.

Des corps des victimes sont alignés par des secouristes sur le site du crash, le 29 novembre 2016, à La Union (Colombie).
Des corps des victimes sont alignés par des secouristes sur le site du crash, le 29 novembre 2016, à La Union (Colombie). (RAUL ARBOLEDA / AFP)

Qui sont les survivants ?

Les survivants, tous blessés, sont trois footballeurs, un journaliste, une hôtesse et un technicien de bord. Peu avant le décollage, le journaliste survivant avait publié cette photo de l'avion.

Même s'il ne se trouvait pas à bord de l'appareil, Alejandro Martinuccio peut aussi être considéré comme un miraculé. Ce joueur argentin de l'équipe brésilienne s'est blessé avant la finale et n'a donc pas pris l'avion avec ses coéquipiers de Chapecoense. Sa blessure l'a sauvé. Quant à Matheus Saroli, le fils de l'entraîneur, il a été sauvé par son étourderie : "Je n'ai pas embarqué parce que j'avais oublié mon passeport", a-t-il écrit sur Facebook.

Quelles sont les réactions après ce drame ?

Le président brésilien, Michel Temer, a décrété trois jours de deuil national. La fédération brésilienne de football a reporté plusieurs rencontres, tandis que la confédération sud-américaine de football a annoncé que la finale avait été suspendue. Dans la foulée, l'Atletico Nacional, adversaire de Chapecoense, a proposé de lui offrir la Copa Sudamericana.

Les supporters de Chapecoense ont fait part de leur émotion, en se réunissant devant le stade où évoluaient leurs joueurs favoris.

Des supporters de Chapecoense réunis devant l\'Arena Conda, le 29 novembre 2016, à Chapeco (Brésil).
Des supporters de Chapecoense réunis devant l'Arena Conda, le 29 novembre 2016, à Chapeco (Brésil). (PAULO WHITAKER / REUTERS)

En Europe, les plus grands clubs de football, tels le Real Madrid, le FC Barcelone ou Manchester United ont transmis "leurs pensées" pour les victimes de la catastrophe. Le président de la Fifa, Gianni Infantino, a évoqué "un jour très triste pour le football". En France, la Ligue de football professionnel a annoncé la tenue d'une minute de silence avant les matchs de Ligue 1 et de Ligue 2 prévus mardi et mercredi.