Brésil : un juge demande la suspension de l’entrée au gouvernement de Lula

Lula a été investi ministre du gouvernement brésilien ce jeudi, mais un juge veut suspendre sa prise de fonction, contestée par des milliers de manifestants.

(Dilma Roussef, la présidente du Brésil, et Lula son prédécesseur © REUTERS/Adriano Machado)
Radio France

Mis à jour le
publié le

La nomination de Lula comme ministre a fait sortir des milliers de Brésiliens dans la rue. Et maintenant la justice s’en mêle. Un juge de Brasilia a demandé la suspension de l’entrée au gouvernement de l’ancien président. Il y voit une possible entrave à la justice.

Cette décision est arrivée une heure à peine après la prise de fonction de Lula. La cérémonie était particulièrement agitée. "C’est une honte ", a lancé un député d’opposition. Un climat tendu qui a poussé Dilma Rousseff à défendre son choix.  C’est une présidente outrée qui a pris la parole. "Les cris des putschistes ne vont pas me faire dévier de cap ni mettre à genoux notre peuple. "

"Les coups d'Etat commencent ainsi"

Dilma Rousseff n’a pas du tout apprécié la diffusion de conversations personnelles qu’elle a eu avec l’ancien président et qui ont été, selon elle, mal interprétées. La présidente a promis de faire toute la lumière sur cette affaire. "Ces écoutes ont été données hier à toute la presse. Nous voulons savoir qui a autorisé leur diffusion et pourquoi. Des enquêtes judicaires basées sur des écoutes illégales ne favorisent pas la démocratie dans ce pays. Nous sommes devant un fait très grave. Les coups d’Etat commencent ainsi ."

Cette écoute judiciaire laisse penser que la nomination de Lula au gouvernement a pour objectif de lui éviter la prison dans le scandale Petrobras. Le juge Moro, chargé du dossier, était susceptible de le placer en détention.

A LIRE AUSSI ►►►Scandale Petrobras : l’ex-président brésilien Lula en garde à vue

Les manifestations continuent

La révélation de ce document n’a fait qu’alimenter la colère des manifestants mobilisés depuis mercredi soir. Des rassemblements ont eu lieu ce jeudi devant le palais présidentiel, mais aussi à São Paulo, Porto Alegre et devant les bureaux du juge Moro à Curitiba.

Ce vendredi, c’est le Parti des travailleurs, au pouvoir, qui appelle à manifester mais ceux qui veulent la démission de la présidente ne comptent pas quitter la rue. 

Vers une destitution de Dilma Rousseff ?

Après la prise de fonction de Lula, les députés brésiliens ont par ailleurs enclenché la procédure de destitution de Dilma Rousseff. Ils ont élu une commission spéciale qui aura pour mission de dire si oui ou non la procédure doit être poursuivie. 

A LIRE AUSSI ►►►Expliquez-nous... l'affaire Petrobras