Birmanie : les rebelles rohingyas proclament un cessez-le-feu d'un mois

Les rebelles assurent vouloir favoriser l'arrivée de l'aide humanitaire. 

(CITIZENSIDE/PARVEZ AHMAD / CITIZENSIDE)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les rebelles rohingyas qui avaient attaqué fin août des postes de police dans l'Etat Rakhine, en Birmanie, déclenchant une campagne de répression de l'armée et l'exode de près 300 000 membres de cette minorité musulmane, ont déclaré dimanche 10 septembre un cessez-le-feu unilatéral d'un mois.

"L'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA) déclare l'arrêt temporaire de ses opérations militaires offensives", a déclaré le groupe rebelle dans un communiqué sur Twitter. L'ARSA, plus connu localement sous le nom Harakah al-Yaqin ("Mouvement de la foi" en arabe), ajoute vouloir ainsi favoriser l'arrivée de l'aide humanitaire.

Une minorité victime de discriminations depuis des décennies

Le groupe dit avoir pris les armes pour défendre les droits bafoués de la minorité musulmane rohingya. Depuis des décennies, cette minorité, qui compte environ un million de personnes, est victime de discriminations en Birmanie, pays à majorité bouddhiste. Pour fuir l'opération de l'armée birmane, les centaines de villages du nord de l'Etat Rakhine se sont vidés de leurs habitants.

Au total, on estime qu'entre les violences d'octobre qui avaient poussées 87 000 personnes à fuir et les troubles actuels, près du tiers des Rohingyas de Birmanie (estimés à un million) sont désormais au Bangladesh.