Attaques de Ouagadougou : au moins 29 morts dont deux Français

Le ministre de la sécurité burkinabé a revu ce samedi soir le bilan à la hausse : 29 morts dont deux Français. Deux établissements du centre de Ouagadougou fréquentés par des Occidentaux ont été visés vendredi par le groupe islamiste Al-Mourabitoune, affilié à Aqmi.

(Les soldats français à leur arrivée sur le site des attaques © REUTERS)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Vers 20h ce vendredi, deux voitures ont explosé devant le Splendid et six hommes armés et cagoulés sont entrés dans cet hôtel et dans le café-restaurant le Cappuccino situé juste en face. Deux établissements fréquentés par des Européens.

De nombreux coups de feu et des détonations ont été entendus. L'assaut des forces burkinabé assistées par des forces spéciales françaises de l'opération Barkhane a été donné vers 3h ce samedi matin. Il a duré six heures. Trois assaillants ont été tués. Il n'y aurait pas de femmes parmi eux. D'autres ont réussi à fuir et se sont retranchés dans un hôtel voisin. Pour l'instant les opérations de ratissages sont en cours dans cet hôtel, la zone n'est pas "totalement sécurisée", raconte notre correspondante sur place.

L'hôtel et le café ont été repris peu après 9h et 126 otages libérés dont 33 étaient blessés. Selon le ministre burkinabé de la Sécurité, il y a 29 morts et une trentaine de blessés. Deux Français font partie des victimes a annoncé le Quai d'Orsay. Il s'agit d'un homme et d'une femme. "Les corps sont en train d'être identifiés. Jusqu'à présent, on n'avait pas de Français et là, il y a a eu deux coup sur coup d'identifiés" , explique Romain Nadal, porte-parole du ministère.

Une Franco-Marocaine a été grièvement blessée par balles. Leila Alaoui était au Burkina pour effectuer un travail pour Amnesty International. Elle est hors de danger selon son frère.

"On lui a tiré une balle dans la jambe et une autre dans le bras" témoigne son frère, Souleymane Alaoui. "Elle a passé toute la nuit sur la table d'opération"
--'--
--'--

Le président du Burkina Faso Christian Kaboré, s'est exprimé en fin de matinée. Il a appelé son peuple "à la vigilance et au courage parce que nous devons maintenant nous battre et intégrer les actions terroristes (dans) notre combat quotidien."

"D'après des témoins, ce sont les Occidentaux qui étaient visés par les assaillants. Dès hier soir, l'attaque a été revendiquée par le groupe islamiste Al-Mourabitoune, affilié à Aqmi. Fin novembre il avait déjà attaqué un hôtel prisé des Occidentaux, c'était à Bamako au Mali. 20 personnes étaient mortes au Radisson.

"Des terroristes ont assassiné lâchement 27 personnes" a réagi François Hollande lors de ses vœux dans son fief de Tulle en Corrèze. Le chef de l’Etat a annoncé qu’une victime "serait française", sans préciser s’il s’agissait d’un mort ou d’un blessé. Il a rendu hommage aux forces spéciales françaises qui ont libéré 120 personnes. 

Le parquet antiterroriste de Paris a décidé ce samedi d'ouvrir une enquête.

Un deuil national de trois jours a été décrété au Burkina Faso après les attaques terroristes qui ont frappé la capitale et qui ont fait au moins 27 morts dont deux Français.

A LIRE AUSSI ►►► Le Burkina Faso, cible de choix pour les terroristes (Vincent Hugeux sur France info)

A LIRE AUSSI ►►► Attaque à Ouagadougou : la France était la cible selon Romain Caillet

L'attaque a été revendiquée par Aqmi et notamment par un message audio- décryptage de Romain Caillet, chercheur spécialiste des groupes djihadistes
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►► Tirs et explosions dans le centre de Ouagadougou : une "attaque terroriste" revendiquée par Aqmi