Attaque à Ouagadougou : la France était la cible selon Romain Caillet

Al-Mourabitoune, un groupe djihadiste affilié à Aqmi, a revendiqué l'action. Le groupe a diffusé un message sur Internet, puis un enregistrement qui met en scène l'interview d'un assaillant qui est à l'intérieur de l'hôtel. D'après Romain Caillet, consultant spécialiste des groupes djihadistes, la France a été évoquée dans cette vidéo.

(L'attaque a commencé avec l'explosion de voitures devant l'hôtel © REUTERS)
Radio France

Mis à jour le
publié le

"Dès le départ ", la revendication d'Aqmi parle de "venger le prophète. Ça fait référence à Charlie Hebdo " assure Romain Caillet. "Et la France revient une deuxième fois puisque le responsable média d'Aqmi lui suggère un message pour la France. Et l'autre rétorque des menaces..."

"Dès le départ", la revendication d'Aqmi parle de "venger le prophète. Ça fait référence à Charlie Hebdo" explique Romain Caillet qui donne que la France est aussi citée explicitement
--'--
--'--

Des menaces qui ne l'étonnent pas puisque ce chercheur spécialiste des groupes djihadistes rappelle que depuis deux ou trois ans, Aqmi estime que l'ennemi numéro 1 des djihadistes en Afrique c'est la France.

A LIRE AUSSI ►►► Attaque d'un hôtel de Ouagadougou : des forces spéciales françaises participent à l'assaut

Ce groupe est dirigé par l'Algérien Mokhtar Belmokhtar. Il est à l'origine de l'attaque d'un autre hôtel à Bamako au Mali fin novembre. Le mode opératoire était le même : des assaillants entrent dans un établissement fréquenté par les étrangers, prend des otages et montent dans les étages au fur et à mesure de l'assaut. Cette attaque avait fait 20 morts.