Depuis le 8 mars, au moins 900 cadavres de cochons ont été repêchés dans la rivière Huangpu qui coule près de Shanghai, la ville la plus peuplée de Chine. Aucun risque d'épidémie n'a été observé dimanche 10 mars, d'après le comité agricole. Il a lancé une opération de désinfection de l'eau potable et de contrôle de qualité de cette dernière car les voisins du cours d'eau l'utilise comme source d'eau potable.

Selon la BBC (en anglais), une enquête a été lancée pour déterminer si les cochons ont été jetés morts dans la rivière Huangpu ou s'ils ont été victimes d'une épidémie. L'origine de ces animaux morts est pour l'instant inconnue.

Manque de transparence de Pékin sur les questions environnementales

Des réseaux sociaux aux plus hautes sphères de l'Etat, le manque de transparence des autorités sur les questions environnementales est de plus en plus critiqué en Chine. Le ministère de l'Environnement a récemment alimenté la polémique en refusant de communiquer à un avocat des données sur la pollution du sol vieilles de seulement deux ans en invoquant un "secret d'Etat".

Pékin ne tolère en général pas les critiques sur la gouvernance, particulièrement sur des sujets sensibles comme la corruption ou la sécurité. Mais il est difficile au gouvernement de nier la dégradation de l'environnement, et donc de museler ses détracteurs.

Des cochons morts sur les rives de la rivière Huangpu, proche de Shanghai, la ville la plus peuplée de Chine, le 10 mars 2013.
Des cochons morts sur les rives de la rivière Huangpu, proche de Shanghai, la ville la plus peuplée de Chine, le 10 mars 2013. (AP / SIPA)