Birmanie : Aung San Suu Kyi, dirigeante du pays, prend la parole sur le sort des Rohingyas

Aung San Suu Kyi, la dirigeante birmane, est enfin sortie de son silence face au sort des Rohingyas, civils persécutés en Birmanie. Ils fuient par milliers au Bangladesh.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils forment la plus grande communauté apatride au monde. Les Rohingyas, de religion musulmane, vivent en Birmanie, à majorité bouddhiste. Un pays qui ne leur reconnaît aucun droit et dont l'armée mène depuis quelques semaines de vastes opérations de nettoyage ethnique. Plus de 400 000 d'entre eux ont été contraints de fuir. Et vivent depuis dans des camps notamment au Bangladesh voisin. "Nous avons été torturés en Birmanie et maintenant nous sommes au Bangladesh. Nous n'avons plus d'argent et ont nous bât ici aussi", livre un homme.

"La Birmanie n'a pas peur du regard de la communauté internationale"

Très critiquée jusqu'ici pour son silence, la prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, a pris la parole pour condamner les violations des droits de l'homme. Elle se dit prête à organiser le retour des Rohingyas. "La Birmanie n'a pas peur du regard de la communauté internationale. Nous cherchons une solution durable qui nous amènerait la paix, la stabilité pour toutes les communautés de notre pays", explique-t-elle. Mais la dirigeante birmane n'a pas les mains libres, l'armée a les pleins pouvoirs. Les militaires n'hésitent pas à brûler des dizaines de villages pour forcer les communautés à fuir.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'opposante Aung San Suu Kyi s\'exprime au siège de son parti à Rangoun (Birmanie), le 9 novembre 2015.
L'opposante Aung San Suu Kyi s'exprime au siège de son parti à Rangoun (Birmanie), le 9 novembre 2015. (YE AUNG THU / AFP)