Bangladesh : au moins 12 morts après le naufrage d'un bateau de réfugiés rohingyas

Sur la centaine de passagers, une petite quarantaine étaient des adultes, le reste étaient des enfants.

Des Bangladais observent, choqués, les corps de réfugiés rohingyas victimes d\'un naufrage dimanche 8 octobre 2017, près du village côtier de Galachar, dans le golfe du Bengale.
Des Bangladais observent, choqués, les corps de réfugiés rohingyas victimes d'un naufrage dimanche 8 octobre 2017, près du village côtier de Galachar, dans le golfe du Bengale. (FRED DUFOUR / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est le dernier drame en date d'une crise qui a poussé plus d'un demi-million de réfugiés au Bangladesh en six semaines. Au moins 12 personnes sont mortes et des dizaines d'autres sont portées disparues après le naufrage, dimanche 8 octobre, d'un bateau de Rohingyas musulmans fuyant la Birmanie.

Sur la centaine de passagers, une petite quarantaine étaient des adultes, "le reste étaient des enfants", selon les témoignages des survivants, ont précisé les autorités. 

Ce nouveau naufrage s'est produit dimanche soir près du village côtier de Galachar, dans le Golfe du Bengale, non loin de l'embouchure de la rivière Naf, qui sépare la Birmanie et le Bangladesh.

Environ 2 000 réfugiés par jour

Les Rohingyas y affrontent une mer agitée depuis des semaines, pour échapper à la répression de l'armée birmane déclenchée après des attaques de postes-frontières par des rebelles rohingyas.

Accusée d'incendier des villages pour inciter les Rohingyas au départ, l'armée birmane répond en mettant en cause les rebelles rohingyas eux-mêmes. Des accusations invérifiables, les autorités birmanes interdisant l'accès à la zone de conflit.

Après quelques jours d'accalmie, l'exode des Rohingyas vers le Bangladesh a repris, principalement en raison du manque de nourriture dans l'ouest de la Birmanie, où la souffrance est "inimaginable" selon l'ONU. Environ 2 000 réfugiés continuent à arriver chaque jour.