Le tremblement de terre a été si intense qu'il a été ressenti jusque dans l'espace. Des scientifiques ont démontré que le séisme de magnitude 9 à l'origine du tsunami qui a dévasté le nord-est du Japon le 11 mars 2011, a envoyé des ondes acoustiques perçues par le satellite Goce, en orbite à 255 km au dessus de nos têtes, a rapporté dimanche 10 mars le site internet de la BBC (lien en anglais).

Les scientifiques savaient que les séismes de grande ampleur généraient des ondes acoustiques à très basses fréquences (ou infrasons), imperceptibles à l'oreille. En revanche, c'est la toute première fois qu'un engin en orbite est capable de les enregistrer, a rapporté la lettre du journal de la recherche en géophysique (lien en anglais). En fait, l'onde acoustique générée par le séisme a perturbé la densité des molécules qui composent l'air, lesquelles ont changé de vitesse, explique la BBC. Ces données ont pu être enregistrées par l'accéléromètre [un capteur visant à mesurer l'accélération linéaire d'un objet] du satellite.

Pour le manager de la mission, Rune Floberghagen de l'agence spatiale européenne, cité par la BBC, cela "pourrait permettre de comprendre comment les secousses sismiques se propagent non seulement à travers la Terre, mais aussi à travers son environnement", explique-t-il. "Le temps nous le dira. Mais rien que le fait d'avoir des capteurs acoustiques dans l'espace, c'est déjà plutôt cool", note-t-il.