Abou Yahya Al-Libi était considéré comme le numéro deux d'Al-Qaïda et l'un des principaux stratèges de l'organisation. Selon des sources proches des services de renseignements pakistanais citées par l'agence Reuters, mais aussi des sources sécuritaires américaines évoquées par Le Figaro, il a été tué dans un raid lundi 4 juin par un drone américain.

L'opération a été menée dans le Nord-Waziristan, une zone tribale du Pakistan frontalière de l'Afghanistan. Elle aurait coûté la vie à sept activistes étrangers.

Un spécialiste des nouveaux médias

Parmi elles figurererait Abou Yahya Al-Libi (Le Libyen), dont le véritable nom est Mohamed Hassan Qaïd, ont déclaré à Reuters des responsables des services de renseignement locaux. Ce dignitaire religieux de nationalité libyenne avait déjà été visé par des raids similaires. Diplômé en chimie et spécialiste des nouveaux médias, il s'était rendu célèbre dans les rangs d'Al-Qaïda en s'évadant en 2005 d'une prison américaine en Afghanistan.

"Nous avons intercepté des conversations entre activistes. Ils parlaient de la mort d'un cheikh. Ils ne l'ont pas nommé mais nous avons vérifié auprès de nos sources et nous pensons qu'ils faisaient référence à Al-Libi", a déclaré l'un des membres des renseignements pakistanais.

Un chef militaire de la guérilla locale a toutefois démenti sa mort : "Il n'a pas été tué. Ce n'est pas la première fois qu'on annonce sa mort. Les Américains subissent de lourdes pertes en Afghanistan et en sont réduits à de fausses informations."