Si le Japon a peu souffert de la crise des subprimes, en 2008, ce n'est pas grâce à la bonne santé de ses banques. C'est parce que les banquiers ne parlaient pas anglais. L'actuel ministre japonais des Finances et vice-Premier ministre, Taro Aso, a expliqué ainsi comment les banques nippones avait échappé à la crise financière mondiale, rapporte le Wall Street Journal, vendredi 28 juin.

Selon le ministre, les banquiers japonais "ne comprenaient pas bien l'anglais" et n'ont donc pas sauté sur les instruments et produits financiers qui ont conduit le système mondial au désastre, dans la chute de la banque Lehman Brothers. "De nombreuses personnes ont été piégées par des produits financiers douteux, les fameux subprimes. Les banques japonaises ne se sont pas jetées dessus comme les banques européennes. Les dirigeants des banques japonaises comprenaient à peine l'anglais, c'est pour ça qu'ils n'ont pas acheté", a affirmé Taro Aso lors d'un colloque à Tokyo.

Contactés par le Wall Street Journal, les dirigeants des trois principales banques japonaises n'ont pas souhaité commenter cette analyse.