La Bourse de Shanghai perd plus de 8% à la clôture

La chute de la Bourse de Shangai a entraîné dans son sillage les places européennes, lundi. 

Dans une maison de courtage à Shangai (Chine), le 24 août 2015. 
Dans une maison de courtage à Shangai (Chine), le 24 août 2015.  (ALY SONG / REUTERS )
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Lundi noir sur les places boursières. Les Bourses de Paris, Francfort (Allemagne), Londres (Royaume-Uni) et Milan (Italie) ont ouvert en recul de 3% ou plus, lundi 24 août. Celle de Lisbonne (Portugal) a chuté de 4%. Dans le sillage des Bourses asiatiques, les marchés européens sont affolés par la morosité de l'économie chinoise, en dépit des efforts des autorités pour rassurer les investisseurs.

La Bourse de Shanghai a terminé sur un plongeon de presque 8,5%, accentuant sa dégringolade de la semaine précédente. Wall Street n'est pas en reste. Le Dow Jones Industrial Average a enregistré, vendredi, son pire déclin en une séance depuis presque quatre ans en perdant 3,12%.

"Un risque d'atterrissage violent"

Les craintes autour de la fragilité de l'économie chinoise et ses conséquences sur la croissance mondiale persistent. Le courtier Aurel BGC évoque la "panique sur les Bourses asiatiques en raison du risque grandissant de 'hard landing' [atterrissage violent] de l'économie chinoise".

"Des mesures de soutien ont été annoncées pendant le week-end par Pékin, mais les investisseurs les jugent insuffisantes au regard de la crise actuelle. Ils espéraient une intervention massive de la banque centrale chinoise, alors que la Chine pourrait être contrainte de dévaluer encore le yuan", assure-t-il.

Rien ne semble pouvoir rassurer les investisseurs, faute d'annonces convaincantes, même si la Chine va autoriser son gigantesque fonds de pension étatique à investir dans les Bourses locales.

"L'économie chinoise va plutôt très mal"

De fait, les craintes de "bulle" persistent : avant de s'effondrer à la mi-juin, la Bourse de Shanghai s'était envolée de 150% en l'espace d'un an, dopée par l'endettement et de façon totalement déconnectée de l'économie réelle.

"L'économie chinoise va plutôt très mal, certains secteurs sont survalorisés, et les pressions à la vente partout sur les marchés mondiaux contribuent à plomber le moral des places chinoises", a résumé Wu Kan, gérant du fonds JK Life Insurance, cité par l'agence Bloomberg.