Une petite fille chinoise est morte à l'hôpital, après avoir été jetée sur le sol par un homme qui se disputait avec sa mère pour une place de parking. C'est ce qu'ont rapporté samedi 27 juillet des médias chinois.

L'enfant âgée de deux ans, transportée aux urgences de l'hôpital Tiantan à Pékin, y a été déclarée morte jeudi, a indiqué le quotidien officiel China Daily, citant les médecins de l'établissement. Une information également donnée par le Beijing News, qui note que que "cinquante heures d'attente cruelle pour sa famille se sont soldées pas un triste dénouement" et que le corps devrait désormais être examiné par la police.

La petite fille avait été grièvement blessée mardi pendant une altercation entre sa mère, qui se tenait à proximité d'un arrêt de bus du sud de la capitale chinoise, et un automobiliste qui désirait garer son véhicule là où elle se trouvait. La mère, qui surveillait son enfant assoupie dans une poussette, avait refusé de s'écarter, et le conducteur était sorti de sa voiture pour l'obliger à lui laisser la place, avait relaté vendredi le Beijing Times. Il avait alors frappé la femme, puis avait saisi la petite fille dans sa poussette et l'avait projetée "avec violence" sur le sol, avait indiqué au journal un vendeur de rue témoin de la scène.

Vague d'émotion sur les réseaux sociaux

"Elle est restée silencieuse après sa chute, n'émettant pas même des cris de douleur", a souligné ce vendeur de rue, ajoutant qu'un second homme était également sorti du véhicule pour battre la mère avant de s'enfuir. L'homme soupçonné d'avoir projeté l'enfant au sol a été arrêté mercredi dans un spa de l'est de Pékin, et l'homme qui l'accompagnait s'est rendu jeudi à la police, a ajouté le China Daily, se référant à des informations de police.

Le quadragénaire qui s'en est pris à la petite fille avait été relâché de prison l'an dernier, après y avoir purgé une longue peine d'incarcération pour vol, et il pourrait encourir la peine de mort s'il était inculpé de meurtre, ont précisé des médias chinois. Après son interpellation, "il a été placé en détention jeudi après-midi, soupçonné d'homicide volontaire", selon l'agence de presse Chine nouvelle.

L'affaire a provoqué un déluge de réactions émues sur les réseaux sociaux chinois, où de multiples messages étaient accompagnés de petites icônes animées représentant une bougie. "Comment se fait-il qu'une mère assiste de ses propres yeux à la mort de la petite fille qu'elle a élevée ? Quels pervers [sont les coupables] !", a écrit une utilisatrice de Weibo, réseau social prisé des Chinois, conseillant aux mères de famille d'"éviter toute querelle dans la rue" et de "se résigner en silence" dans ce genre de situation. "Si chacune des deux parties avait reculé d'un pas, est-ce que quoique ce soit serait arrivé ? Quel dommage !", s'est désolé un internaute, tandis qu'un autre invitait la fillette défunte, "quand elle renaîtra dans une autre vie, à choisir un autre pays".