Bombe à eau, coups de chaises, député à l'infirmerie... Nouvelles scènes de chaos au Parlement taïwanais

Des élus se sont affrontés lors de l'examen d'un grand projet d'infrastructures, dont les détracteurs dénoncent le coût de 12 milliards d'euros.

Une bagarre éclate au Parlement taïwanais, vendredi 14 juillet.
Une bagarre éclate au Parlement taïwanais, vendredi 14 juillet. (SAM YEH / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le Parlement taïwanais s'est transformé en champ de bataille, vendredi 14 juillet. Une bombe à eau qui vole, des députés qui brandissent des chaises et un chef du gouvernement empêché de parler... C'est le deuxième jour d'affilée que le Parlement est le théâtre de scènes de chaos. La veille, deux élues rivales en étaient venues aux mains, s'agrippant par la gorge. L'objet du litige ? L'examen du budget d'un projet d'infrastructures controversé.

Il s'agit d'une des propositions emblématiques de la présidente Tsai Ing-wen. Elle prévoit de nouvelles lignes ferroviaires, des dispositifs de prévention des inondations et des infrastructures en lien avec les énergies vertes. Les détracteurs du projet dénoncent notamment son coût, de l'ordre de 420 milliards de dollars taïwanais (12 milliards d'euros).

Un député envoyé à l'infirmerie

Le Premier ministre, Lin Chuan, avait dû interrompre ses explications sur ce budget, jeudi 13 juillet, quand il avait été visé par une bombe à eau, qui l'avait poussé à quitter la chambre. La session avait été suspendue. Lin Chuan n'a pas davantage réussi à s'exprimer, vendredi.

Des députés de l'opposition ont brandi leurs lourds fauteuils, entourant l'estrade et affrontant les élus de la majorité pour empêcher le chef du gouvernement de parler. La session a été suspendue et un député a été envoyé à l'infirmerie en raison d'un malaise.

Le Parlement avait été, fin 2016, le théâtre d'affrontements entre députés rivaux, alors qu'à l'extérieur, des manifestants lançaient des fumigènes pour protester contre un projet de suppression de jours fériés.