Pakistan : au moins 65 morts dans un attentat suicide revendiqué par un groupe taliban, et visant des chrétiens le jour de Pâques

Un groupe taliban a revendiqué l'attentat. L'explosion s'est produite près d'un parc à Lahore, où la communauté chrétienne était rassemblée. 

Un blessé est évacué après l'explosion à Lahore (Pakistan), le 27 mars 2016.
Un blessé est évacué après l'explosion à Lahore (Pakistan), le 27 mars 2016. (ARIF ALI / AFP)

Mis à jour le , publié le

Une fête de Pâques sanglante. Au moins 65 personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées dans un attentat suicide au Pakistan, dimanche 27 mars au soir. L'attentat a été revendiqué par un groupe taliban. L'explosion s'est produite près d'un parc de Lahore, où des chrétiens célébraient Pâques, indique un responsable local. "La cible était les chrétiens", a déclaré un porte parole du groupe taliban dissident, Jamaat-ul-Ahrar.

"Les opérations de secours se poursuivent", a déclaré un responsable administratif de la ville ajoutant que plus de 50 enfants avaient été blessés"Nous avons requis l'aide de l'armée. Des militaires ont atteint le site et aident pour les secours et la sécurité", a-t-il dit. Selon lui, le bilan pourrait monter encore, un certain nombre de blessés se trouvant "dans un état critique"

La communauté chrétienne touchée de plein fouet

"Apparemment il s'agit d'un attentat suicide. (...) Le parc était bondé en ce dimanche", a déclaré un officier de police, soulignant que des billes métalliques avaient été retrouvées sur place. La déflagration s'est produite dans un parking près du parc Gulshan-e-Iqbal, proche du centre-ville, alors que la communauté chrétienne célébrait le dimanche de Pâques. Au cours des dernières années, des églises ont été la cible d'attaques à Lahore, dans la province du Pendjab.

Au Pakistan, des groupes islamistes armés ciblent à l'occasion la minorité chrétienne qui représente environ 2% de la population de ce pays de 200 millions d'habitants, à majorité musulmane. Quelques chrétiens ont aussi été accusés d'avoir offensé l'islam, un crime passible jusqu'à la peine de mort au Pakistan selon une loi controversée sur le blasphème.