Voilà qui ne va pas améliorer l'image de l'armée américaine en Afghanistan. Le Los Angeles Times a publié, mercredi 18 avril, des photos choc datant de 2010 de soldats américains posant au côté de cadavres et de restes humains d'insurgés afghans (attention, ces images peuvent heurter la sensibilité).

Le Pentagone a aussitôt assuré qu'une enquête était en cours pour faire la lumière sur ces actes "inhumains"Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a condamné "fermement" ce qu'il considère comme un "événement isolé". La Maison Blanche a pour sa part dénoncé l'"attitude répréhensible" des soldats concernés.

La photo en une du site internet du quotidien américain montre deux soldats américains en uniforme, dont un souriant au premier plan, près d'un corps. Cette image "est l'une des 18 fournies au Times montrant des soldats américains posant avec des cadavres", explique le journal, qui affirme les avoir reçues d'un "soldat américain" qui souhaitait attirer l'attention sur les problèmes de "discipline" et de "commandement".

Des soldats sourient en soulevant des jambes déchiquetées

Le Los Angeles Times publie un autre de ces clichés. On y voit des soldats souriants arborer des restes humains comme un trophée. Il s'agit, selon le journal, de soldats de la 82e division aéroportée américaine. Ils avaient été dépêchés dans la province de Zaboul (sud-est) en février 2010 pour relever les empreintes digitales, et tenter de prendre l'empreinte rétinienne d'un insurgé qui s'était fait exploser. Ils se sont alors pris en photo alors que certains soulevaient les jambes déchiquetées.

Toujours selon le Times, des hommes de la même section se sont à nouveau photographiés quelques mois plus tard avec des cadavres d'insurgés. Une photo montre notamment deux soldats posant en tenant la main d'un cadavre, majeur levé. Une autre montre un soldat serrer la main d'un homme barbu mort, rapporte le quotidien américain.

Cette affaire intervient à un moment délicat pour les forces de la coalition, après l'épisode des exemplaires du Coran incinérés sur la base de Bagram (nord), qui avait conduit à plusieurs jours de manifestations violentes dans le pays, et l'équipée meurtrière du sergent américain Robert Bales, accusé d'avoir assassiné 17 villageois dans leur sommeil, dont des femmes et des enfants.

Le "Times" met en avant le devoir d'informer

Dans sa réaction, le chef du Pentagone s'est également dit "déçu" par la publication de ces photographies malgré les demandes du Pentagone. "Le danger est que ces images soient utilisées par l'ennemi pour provoquer des violences contre les soldats américains et afghans", a-t-il expliqué, précisant que les forces américaines en Afghanistan avaient "pris des mesures" pour se protéger en cas d'incidents.

Le Los Angeles Times a, de son côté, mis en avant le devoir d'informer. "Après un examen attentif, nous avons décidé que la publication d'une sélection représentative de photos permettrait de remplir notre obligation envers des lecteurs de couvrir avec impartialité et dynamisme tous les aspects de la mission américaine en Afghanistan", a expliqué Davan Maharaj, directeur de publication du journal.