53.000 malades au lait contaminé en Chine

Environ 53.000 enfants ont dû être soignés en Chine à la suite de la contamination de lait en poudre et d’autres produits laitiers par de la mélamine. 13.000 d’entre eux sont toujours à l’hôpital. L’affaire prend une tournure internationale avec la découverte de produits d’exportation contaminés.

(Radio France © France Info)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

Sur les 13.000 petits malades encore hospitalisés, une centaine de nourrissons sont dans un état grave. Quatre bébés sont déjà morts, depuis la révélation de ce scandale alimentaire à l’échelle de la Chine. Au total, ce sont quasiment 53.000 enfants qu’il a fallu soigner. La grande majorité de ces enfants sont âgés de moins de deux ans et, pour la plupart d’entre eux, ils ont pu sortir de soins sans problème.

La crise est loin de se terminer, car la mélamine a été découverte dans d’autres produits laitiers, comme le lait classique. Elle a aussi été détectée par plusieurs pays dans des produits d’importation en provenance de Chine. Ils ont donc fermé leurs frontières, à l’image de Taïwan. Une série de pays, asiatiques et africains principalement, ont suspendu les importations de lait chinois, voire de tous produits laitiers ou pouvant contenir du lait : Bangladesh, Birmanie, Brunei, Burundi, Gabon, Japon, Tanzanie notamment.

Des fabricants ont d'eux-mêmes ordonné le rappel d'aliments, comme l'entreprise japonaise Marudai Food, qui a retiré des milliers de petits pains industriels fabriqués avec du lait fourni par Yili, l'un des fabricants chinois incriminés. Dimanche soir, les autorités de Singapour ont ainsi annoncé avoir découvert le poison potentiel dans de simples bonbons, d'une célèbre marque chinoise ("Lapin Blanc").

Singapour avait déjà suspendu depuis vendredi l'importation et la vente de produits laitiers de Chine après avoir détecté de la mélamine dans du lait, des yaourts, des glaces, des biscuits et du chocolat. En prenant une tournure planétaire, le scandale a mis en évidence une pratique déjà révélée il y a quelques mois: l'ajout de mélamine à des produits alimentaires, pour tricher sur leur taux en protéines et le faire paraître artificiellement plus élevé.

Le scandale a éclaté voici une dizaine de jours, mais ce n’est pas la première fois que la mélamine est détectée dans des produits chinois. L’an dernier, des milliers de chiens et de chats sont morts sur le continent américain suite à son insertion dans des pâtées alimentaires pour animaux. Elle a pour effet d’augmenter artificiellement la teneur en protéine, mais elle n’a aucun usage alimentaire.

La Chine est régulièrement sur la sellette pour ses produits alimentaires ou pharmaceutiques de mauvaise qualité, voire toxiques, pour ses jouets à la peinture au plomb etc. En début d'année, ce fut au tour de l'héparine chinoise: l'anticoagulant avait été contaminé au sulfate de chondroïtine sur-sulfaté, une substance non-naturelle obtenue par modification chimique, selon la FDA, l'agence américaine de l'alimentation et des médicaments.

Caroline Caldier, avec agences