Anniversaire d'Hiroshima : des militants anti-nucléaire jeûnent à Paris pendant quatre jours

Une centaine de militants va cesser de s'alimenter pendant quatre jours au pied de la Tour Eiffel. Leur but ?  Réclamer l'abolition des armes atomiques à l'occasion des 68 ans des bombardements nucléaires de Hiroshima et de Nagasaki.

(Maxppp)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

A partir de mardi et jusqu'au 9 août, une centaine de jeunes militants vont se réunir à Paris, au pied de la Tour Eiffel, pour quatre jours de jeûne. Une mobilisation organisée à l'initiative des collectifs Sortir du nucléaire , Armes nucléaires STOP et de la Maison de Vigilance , qui veulent ainsi exprimer leur opposition aux armes nucléaires alors que le Japon fête cette semaine les 68 ans des bombardements de Hiroshima et de Nagasaki.

D'après un communiqué publié en ligne, cette mobilisation a deux objectif majeurs : faire en sorte que les dirigeants politiques du monde entier "changent d'attitude et acceptent de remettre en cause une doctrine d'anéantissement de l'Humanité datant de la guerre froide ", et rendre hommage aux victimes des bombardements japonais.

Formés pour désobéir

Lundi 5 août, une quarantaine de personnes se sont retrouvés dans une salle de sport du IIe arrondissement parisien pour une journée de préparation à la désobéissance civile. Ils ont suivi une formation sous l'égide du collectif des Désobéisseurs pour éviter tout débordement éventuel de la manifestation de cette semaine.

La manifestation débutera mardi à 8h15 par une cérémonie de commémoration du bombardement de Hiroshima au Mur pour la Paix, sur le Champ de Mars.

Le mouvement ne se limite pas qu'à la France, puisque des mobilisations similaires vont avoir lieu à Büchel, en Allemagne, devant la base de l'Otan où sont entreposées des armes nucléaires, et au Royaume-Uni, devant la base nucléaire de Burghfield-Aldermaston.

Commémoration annuelle au Japon

Mardi matin, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées à Hiroshima, première ville bombardée par les Américains le 6 août 1945. Comme chaque année, une cloche a tinté à 8h15 - heure précise du largage de la bombe atomique sur cette ville à l'ouest du Japon - marquant le début d'une minute de silence.

Des survivants, des parents de victimes, des officiels gouvernementaux et des délégations étrangères étaient présentes pour cet hommage, durant lequel le maire d'Hiroshima Kazumi Matsui a lancé un message en faveur du désarmement nucléaire.

"Nous offrons du fond du coeur notre consolation et notre réconfort aux
âmes des victimes en affirmant que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir
pour éliminer ce mal absolu que constituent les armes nucléaires et bâtir un
monde en paix"

Le bombardement atomique de Hiroshima avait coûté la vie à 140.000 personnes tuées soit directement, soit par les radiations. Quatre jours pour tard, le bombardement de Nagasaki faisait 70.000 victimes.