VIDEO. Hollande annonce que la France s'acquittera de sa "dette" envers Haïti

La France, ancienne puissance coloniale, avait exigé de son ancienne colonie une dédommagement équivalent à 17 milliards d'euros contre son afranchissement.

Voir la vidéo
FRANCE TELEVISIONS
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Quand je viendrai en Haïti [mardi 12 mai], j'acquitterai à mon tour la dette que nous avons." Cette déclaration faite par François Hollande, dimanche 10 mai, à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), lors de son discours d'inauguration du Mémorial ACTe consacré à l'esclavage, a été saluée par des applaudissements. Et elle a immédiatement suscité beaucoup d'espoirs. Mais ils risquent d'être déçus. 

Une "rançon d'indépendance" de 17 milliards d'euros 

Comme l'explique Geopolis, lors de l'indépendance d'Haïti en 1804, la France a imposé à son ancienne colonie une compensation financière de 150 millions de francs-or, l’équivalent d’une année de revenus de l'ex-colonie. Cette somme colossale a été ramenée à 90 millions de francs-or en 1838, soit l'équivalent de 17 milliards d'euros. Et les Haïtiens ont fini de la payer en 1883.

Lorsqu'en 2010, Nicolas Sarkozy a été le premier chef d’Etat français à visiter l'île depuis l’indépendance, cette "rançon d'indépendance" lui a été rappelée. Et des intellectuels l'avait alors appelé à la rembourser. Il s'y était opposé.

Une "dette morale"

François Hollande confirme cette position de la France et reste ferme sur son refus d'une indemnisation financière. La "seule dette qui doit être réglée" aux descendants d'esclaves est de "faire avancer l'humanité", a-t-il déclaré. Son entourage a précisé qu'il s'agissait bien d'une "dette morale".

François Hollande le 10 mai 2015 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe).
François Hollande le 10 mai 2015 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). (ALAIN JOCARD / AFP)