VIDEO. Google veut repousser les limites de la vie

Le géant d'Internet investit massivement dans la recherche pour allonger l'espérance de vie de l'espèce humaine. Reportage de France 2.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

On le sait, Google règne en maître sur Internet. Ce que l'on sait moins, c'est que la firme high-tech de la Silicon Valley veut aussi repousser les limites de l'homme et faire reculer la date de sa mort. Ainsi a-t-elle recruté Ray Kurzweil, un informaticien spécialiste de l'intelligence artificielle très célèbre outre-Atlantique. Selon ce dernier, grâce à des micro-robots, notre corps sera bientôt capable de se réparer tout seul. "Dans vingt ans, notre cerveau sera directement relié à un cerveau synthétique virtuel et notre pensée deviendra un mélange de pensée biologique et non biologique", déclare-t-il.

Notre corps robotisé, notre conscience reprogrammée pour l'immortalité, ces étonnantes ambitions de Ray Kurzweil alimentent les rumeurs autour de Google. Lentilles de contact pour surveiller le diabète, pilule capable d'anticiper l'apparition d'un cancer... "Google peut-il résoudre la mort ?", titrait récemment le magazine Time.

"Le business de Google, c'est le contrôle des gens"

La santé est en tout cas au cœur des préoccupations de Google. Dans son centre expérimental Google X, la firme travaille avec des géants de l'industrie pharmaceutique. Elle a aussi investi dans un laboratoire spécialisé dans la recherche d'anticorps, un autre spécialisé dans le décryptage des gènes et une filiale dédiée à la lutte contre le vieillissement.

Le business de Google étant basé sur la collecte de données personnelles, quelle est la nature de son intérêt sur le terrain médical ? "Le business de Google, c'est l'information sur les gens, c'est le contrôle des gens, c'est la maîtrise des gens", commente Axel Kahn, ancien membre du Comité consultatif national d'éthique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Google a annoncé le transfert de ses équipes d'ingénieurs hors de Russie, le 12 décembre 2014.
Google a annoncé le transfert de ses équipes d'ingénieurs hors de Russie, le 12 décembre 2014. (SALOM-GOMIS SEBASTIEN / SIPA)