Après un demi-siècle de restriction par le régime, les voitures sont désormais en vente libre à Cuba, depuis vendredi 3 janvier. L'objectif est de renouveler un parc automobile constitué aux deux tiers de vieilles voitures américaines des années 50.

Seulement voilà, elles sont vendues cinq fois plus cher que le prix du marché. Une Peugeot 206, par exemple, est vendue 85 000 dollars (62 000 euros). "C'est de la folie personne ne peut se permettre un tel achat", commente un habitant de La Havane. Après avoir placé beaucoup d'espoir dans cette mesure, les Cubains déchantent.

Si les prix sont aussi élevés, c'est parce que le gouvernement a décidé de mettre en place un système de taxe qui augmente de 50% les prix d'importation. Dans un pays où le salaire mensuel de 15 euros, il faudrait 10 000 mois de travail à un Cubain pour s'offrir un véhicule.

Des Cubains observent les voitures mises en vente chez un concessionnaire de La Havane, vendredi 3 janvier. 
Des Cubains observent les voitures mises en vente chez un concessionnaire de La Havane, vendredi 3 janvier.  (ADALBERTO ROQUE / AFP)