19h le dimanche, France 2

VIDEO. "19h". La dernière compagne de Josef Mengele trouvait "gentil et délicat" celui qu'elle appelait don Pedro

En 1975, le médecin du camp d’Auschwitz Josef Mengele, en fuite au Brésil sous un faux nom, embauche Elza Gulpian de Oliveira comme gouvernante. Une relation intime se noue. La jeune femme de 24 ans ignore alors tout du passé de "l’Ange de la mort"… Extrait du magazine "19h le dimanche" du 10 septembre.

Voir la vidéo
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elza Gulpian de Oliveira a 24 ans quand elle rencontre celui qu’elle appelle toujours don Pedro. C'est en fait Josef Mengele, le médecin du camp de concentration d’Auschwitz en fuite au Brésil. Il l’embauche comme gouvernante en 1975. Aujourd’hui encore, elle a du mal à croire que l’homme qu’elle a connu était le criminel nazi.

Elle montre avec émotion une photo que don Pedro a prise d’elle : "Je l’aime bien. Vous savez, je n’aime pas trop être prise en photo, mais c’est le seul souvenir qui me reste. Cette époque me manque. On était heureux." Au fil du temps, leur relation devient plus intime. Alors, Mengele lui demande de venir habiter avec lui. La jeune femme souhaite qu’il l’épouse, mais le médecin tortionnaire refuse.

"Bien traitée" par "l’Ange de la mort"

Elza Gulpian de Oliveira n’apprend la vérité sur celui qui se cache sous une fausse identité que dix ans plus tard, lorsque la police et les journalistes viennent l’interroger : "Pour moi, ce n’était pas la même personne. Aujourd’hui encore, je n’y crois pas. C’est difficile pour moi. Il était gentil, délicat, et me traitait bien."

Le dernier amour de "l’Ange de la mort", comme l’ont surnommé les témoins de ses exactions, dit ne pas aimer regarder des reportages à la télévision sur la guerre et les camps de concentration : "Je préfère tout ignorer et ne pas y penser", affirme-t-elle dans le magazine "19h le dimanche". Elsa le quitte en 1978. Trois mois plus tard, Josef Mengele, 67 ans, est retrouvé noyé sur la plage de Bertioga, sans avoir jamais payé pour ses crimes ni exprimé le moindre remord.