Une phrase ambiguë à l'origine d'une tension diplomatique. En parlant de "camps polonais de la mort" pour désigner les camps d'extermination installés par l'Allemagne nazie en Pologne occupée, le président américain a indigné les Polonais, apprend-t-on, mercredi 30 mai. 

Au cœur de la polémique : "les camps polonais de la mort"

Le président américain a prononcé les mots qui lui sont reprochés pendant une cérémonie donnée mardi à la Maison Blanche en hommage posthume à Jan Karski, un ancien officier polonais qui a fourni aux Occidentaux les premiers témoignages sur la politique d'extermination des juifs par les nazis. "Avant un voyage au travers des lignes ennemies, a raconté le président américain, des résistants lui avaient raconté que les juifs avaient été tués en masse, ils l'ont introduit en cachette dans le ghetto de Varsovie et dans un camp polonais de la mort pour qu'il voie lui-même ce qu'il en était", a-t-il dit.

Aussitôt, la Maison Blanche a tenté d'apaiser ce "couac" diplomatique, expliquant que président s'était "mal exprimé".

La réaction : la Pologne demande "réparation"

Le président Bronislaw Komorowski a annoncé avoir adressé, mercredi, une lettre à Barack Obama. "Je suis convaincu que les paroles injustes et douloureuses sur le camp polonais ne reflètent ni les intentions ni les opinions de notre ami américain", a-t-il déclaré à la presse, en ajoutant que toute faute était "réparable". "Les mots du président américain Barack Obama prononcés hier [mardi] ont blessé tous les Polonais", a pour sa part indiqué le Premier ministre, Donald Tusk. Moins diplomatique, le chef de l'opposition conservatrice, Jaroslaw Kaczynski, a exigé des excuses directes de la part du président Obama.

Dans une déclaration, les responsables de la communauté juive polonaise ont indiqué qu'"[ils attendaient] que le président Barack Obama rectifie ces mots personnellement". Sur Twitter, le chef de la diplomatie polonaise, Radoslaw Sikorski, a regretté pour sa part "que l'ignorance et l'incompétence aient assombri une cérémonie solennelle". 

"C'est comme s'il n'y avait pas de responsabilité allemande"

Depuis des années, le gouvernement polonais observe d'une manière très sourcilleuse les descriptions faites par la presse internationale des anciens camps de concentration dits "polonais". Il fait valoir que ce terme, même s'il est utilisé simplement comme une indication géographique, peut donner l'impression que la Pologne porte une responsabilité dans le génocide perpétré par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Le ministère polonais des Affaires étrangères a indiqué, mercredi dans un communiqué, être intervenu plus de 200 fois entre 2010 et 2012 pour rectifier ce qu'il considère être une erreur.

"Parler de 'camps polonais', c'est comme s'il n'y avait pas de nazis, pas de responsabilité allemande, comme s'il n'y avait pas de Hitler", a ajouté Donald Tusk. Le Premier ministre a par ailleurs demandé aux Etats-Unis de soutenir les efforts de la Pologne pour réaffirmer la vérité historique : entre 1939 et 1945, les Allemands ont tué près de six millions de citoyens polonais, dont trois millions de juifs. Plusieurs camps de concentration et d'extermination, notamment celui d'Auschwitz, ont été construits sur le sol polonais.

Lech Walesa, l'ancien chef du syndicat polonais Solidarité, a estimé que la déclaration ambiguë du président américain constitue une "occasion en or pour finir une fois pour toutes" avec l'expression "camps polonais".