Tuerie de San Bernardino : Washington entame un bras de fer avec Apple

La marque refuse de débloquer l'iPhone d'un des tueurs, au motif que cela reviendrait à créer une porte dérobée qui pourrait affaiblir la sécurité de ses appareils.

Apple estime que débloquer l'iPhone du tueur de San Bernardino reviendrait à créer une porte dérobée qui pourrait affaiblir la sécurité de l'appareil.
Apple estime que débloquer l'iPhone du tueur de San Bernardino reviendrait à créer une porte dérobée qui pourrait affaiblir la sécurité de l'appareil. (KENA BETANCUR / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Washington contre Apple, round 2. Le département américain de la Justice a déposé vendredi 19 février un recours afin de forcer Apple à aider les enquêteurs à débloquer l'iPhone d'un auteur de l'attentat de San Bernardino, qui avait fait 14 morts l'an dernier en Californie.

"La décision ne requiert pas, contrairement à ce qu'affirme la déclaration publique d'Apple, qu'Apple crée ou fournisse une porte dérobée sur tous les iPhone", indique le document. Une juge de Californie avait décidé plus tôt cette semaine qu'Apple devait fournir "une assistance technique raisonnable" au FBI, toujours incapable d'accéder au contenu du téléphone de Sayed Farook deux mois après la fusillade en Californie.

Une défense basée sur "des inquiétudes marketing"

Mais Apple avait répliqué en dénonçant une requête "sans précédent", aux "implications bien au-delà de l'affaire judiciaire concernée". L'entreprise estime que cela reviendrait à créer une porte dérobée qui pourrait affaiblir la sécurité de l'appareil et de ses clients.

Le recours du ministère indique pour sa part que sur la base de ses déclarations publiques, Apple semble fonder sa défense sur "des inquiétudes marketing" et que personne n'a demandé à l'entreprise de fournir un logiciel qui pourrait être utilisé par des pirates informatiques. Une audience sur la question est prévue le 22 mars, selon le recours.

Trump appelle au boycott d'Apple

Donald Trump n'a pas manqué cette occasion de faire parler de lui. L'homme d'affaires et candidat aux primaires républicaines pour la Maison Blanche a appelé au boycott d'Apple, jusqu'à ce que le groupe débloque le fameux iPhone.

"Apple doit donner la sécurité de ce téléphone", a dit Donald Trump vendredi lors d'une réunion publique à Pawleys Island, en Caroline du Sud, où la primaire républicaine aura lieu samedi. "Je pense que ce que vous devez faire est boycotter Apple jusqu'à ce qu'ils donnent ce numéro de sécurité. Je viens d'y penser", a-t-il lancé.

Cette sortie a amusé des journalistes américains, qui ont remarqué que le candidat utilisait un iPhone pour publier des messages sur Twitter. Cité par l'agence Reuters, Donald Trump a promis d'utiliser un téléphone Samsung, grand concurrent d'Apple, jusqu'à ce que la marque américaine décide de coopérer avec les autorités.