La Première ministre québecoise, Pauline Marois, lors de son discours d'investiture, à Québec (Canada), le 19 septembre 2012.
La Première ministre québecoise, Pauline Marois, lors de son discours d'investiture, à Québec (Canada), le 19 septembre 2012. (MATHIEU BELANGER / REUTERS)

PRINTEMPS ERABLE - Soulagement pour les étudiants québecois. La nouvelle Première ministre, Pauline Marois, a enterré jeudi 20 septembre la hausse des frais universitaires décidée par le précédent gouvernement, et qui avait plongé la province dans un conflit social sans précédent. 

"En premier lieu j'annonce dès aujourd'hui l'annulation de la hausse des droits de scolarité prévue par l'ancien gouvernement", a déclaré à la presse Pauline Marois après avoir tenu son premier conseil des ministres. "Nous abrogeons par décret dès demain (vendredi), les dispositions de la loi 78, la loi 12, concernant l'interdiction de manifester", a-t-elle ajouté. Selon la chef du gouvernement, "ces deux décisions permettront de ramener la paix et de rétablir les droits et libertés".

La hausse des frais de scolarité, de 82% sur sept ans, avait été décidée par le gouvernement libéral sortant de Jean Charest. Face à la succession des manifestations depuis le mois de février, parfois violentes, les libéraux avaient fait voter le 18 mai une loi spéciale, officiellement censée garantir le libre accès aux cours des étudiants non-grévistes mais imposant aussi des limitations aux manifestations.