Mitt Romney conforte sa situation de favori dans la primaire républicaine. Il a facilement battu son principal adversaire, l'ultraconservateur Rick Santorum, mardi 20 mars dans l'Illinois, empochant ainsi un vingtième territoire dans la course pour l'investiture.

Après dépouillement de 62% des bulletins, Mitt Romney est crédité de 47% des voix contre 35% pour Rick Santorum. Ron Paul et surtout Newt Gingrich, quatrième, sont largement distancés. Ce dernier a assuré qu'il poursuivait tout de même sa campagne.

Célébrant une "extraordinaire victoire" devant ses partisans, Mitt Romney a défendu les valeurs du libéralisme économique avec des accents à la Reagan. Cette victoire dans l'Illinois, dont Barack Obama a été sénateur, devrait lui donner un nouvel élan. Il en a d'ailleurs profité pour vivement attaquer l'actuel locataire de la Maison Blanche. "Je propose un vrai choix et un nouveau départ", a-t-il lancé. "Une élection, c'est un choix et, aujourd'hui, des centaines de milliers de personnes dans l'Illinois ont rejoint des millions d'autres à travers le pays pour se joindre à notre cause."

Convaincre l'aile conservatrice

Pour Mitt Romney, l'enjeu consiste désormais à faire passer sa désignation pour inéluctable. Mais il peine à séduire les plus conservateurs des républicains, qui lui préfèrent Rick Santorum, héraut des valeurs chrétiennes et familiales.

La prochaine étape de la primaire républicaine aura lieu samedi en Louisiane, dans le Sud conservateur, a priori plutôt favorable à Rick Santorum. En avril, Mitt Romney devrait conforter son avance grâce aux scrutins prévus dans plusieurs Etats du nord-est du pays, à l'électorat relativement modéré. Mais son premier challenger pourrait reprendre du poil de la bête en mai lorsque se prononceront des Etats conservateurs de l'ouest et du sud du pays, comme le Texas, le Nebraska et le Kentucky.