Le candidat à l'investiture républicaine, Mitt Romney, lors d'un discours à Lansing (Michigan), le 8 mai 2012.
Le candidat à l'investiture républicaine, Mitt Romney, lors d'un discours à Lansing (Michigan), le 8 mai 2012. (REBECCA COOK / REUTERS)

Mitt Romney n'a plus d'adversaire dans son camp. Le candidat à l'investiture républicaine, Ron Paul, a annoncé lundi 14 mai son retrait de la campagne des primaires de son parti, laissant seul en lice le favori Mitt Romney. "Nous ne dépenserons plus de fonds de campagne dans des primaires dans des Etats qui n'ont pas encore voté", a-t-il écrit. Il a toutefois assuré qu'il allait continuer à "prendre des positions, à gagner des délégués et à délivrer un message fort à la convention nationale du parti républicain selon lequel la liberté est la marche à suivre pour l'avenir".

Tout en se retirant des primaires, Ron Paul espère encore faire sentir son influence et ses idées au moment où les républicains désigneront officiellement leur candidat lors de la convention nationale à Tampa (Floride), en août 2012. Le candidat a reconnu que son équipe ne disposait plus des fonds nécessaires pour continuer la bataille des primaires. "Continuer à faire cela avec un quelconque espoir de succès nécessiterait beaucoup de dizaines de millions de dollars que nous n'avons tout simplement pas".

Le conservateur libertaire, farouche partisan de l'isolationnisme américain, avait suscité un fort engouement parmi les jeunes électeurs, mais qui ne s'était pas traduit par un succès électoral décisif au cours des primaires. Le représentant du Texas n'a en effet remporté aucun Etat. L'investiture de Mitt Romney comme candidat républicain à la Maison Blanche était déjà considérée comme acquise, depuis le retrait le 10 avril de son plus sérieux adversaire, l'ultraconservateur Rick Santorum.